Le président des Comores Azali Assoumani a rencontré le leader de l’opposition, Mohamed Ali Soilihi. Objectif : tenter d’apaiser les tensions post-référendum constitutionnel. 

Comores

Le président comorien rencontre le chef de l'opposition

Le président des Comores Azali Assoumani a rencontré le leader de l’opposition, Mohamed Ali Soilihi. Objectif : tenter d’apaiser les tensions post-référendum constitutionnel. 

Pour l’opposition, le pas du président est un geste à saluer d’autant plus que l’archipel est sécouée par une impasse politique depuis la fin d’un référendum très contesté et l’arrestation de dizaines de critiques du chef de l’Etat.

"Il a accepté qu’il va aller dans le sens de l’apaisement pour que nous puissions continuer le dialogue. Ce dialogue portera sur les points réellement politiques qui concernent les institutions et la crise politique, les institutions", rassure le chef de l’opposition Mohamed Ali Soilihi. 

L’opposition avait boycotté cette consultation, qu’elle jugeait à ses yeux illégale et taillée sur mesure pour le président Azali Assoumani. Pour le pouvoir, cette rencontre a ouvert la voie à la résloution de la crise politique née du référendum.

"La mission a proposé un canevas. D’abord il a proposé un cadre de concertation, il a proposé la création d’un environnement propice pour le développement du pays pour aller de l’avant, il a proposé d’autres propositions. Cependant, c’est du devoir du chef de l’Etat de se retrouver avec l’opposition pour voir la façon de la mise en œuvre de ces propositions qui ont été faites", précise Mohamed Youssouf, directeur de cabinet du chef de l’Etat en charge de la défense.

Après le référendum, le président Azali Assoumani a promis d’organiser un scrutin présidentiel anticipé l’année prochaine. Une décision qui avait été qualifiée de dérive autoritaire par l’opposition.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction