À Madagascar, les observateurs électoraux de la SADC (Communauté de développement d'Afrique australe) sont arrivés. Elle a lancé officiellement sa mission d'observation lundi 29 octobre dans la capitale malgache en présence notamment de candidats ou de leurs représentants et de la société civile. A J-9 du premier tour de l'élection présidentielle, 53 scrutateurs originaires de 11 pays du continent vont être déployés ce mardi 30 octobre sur le territoire malgache. Une mission qui se déroulera dans les régions qui concentrent le plus grand nombre d'électeurs.

Madagascar

Madagascar : lancement de la mission d’observation électorale de la SADC

À Madagascar, les observateurs électoraux de la SADC (Communauté de développement d'Afrique australe) sont arrivés. Elle a lancé officiellement sa mission d'observation lundi 29 octobre dans la capitale malgache en présence notamment de candidats ou de leurs représentants et de la société civile. A J-9 du premier tour de l'élection présidentielle, 53 scrutateurs originaires de 11 pays du continent vont être déployés ce mardi 30 octobre sur le territoire malgache. Une mission qui se déroulera dans les régions qui concentrent le plus grand nombre d'électeurs.

Les observateurs de la SADC scruteront 10 des 22 régions de Madagascar. Parmi elles, l'Analamanga, région où se trouve la capitale, Anosy, Atsimo Andrefana dans le sud du pays ou encore Atsinanana dans l'Est. Des observations qui se concentreront notamment sur la fin de la campagne électorale, pendant le jour du scrutin et lors du dépouillement et du comptage des bulletins de vote.

Mais lundi, ce sont surtout les inquiétudes concernant la liste électorale qui ont été rapportées aux représentants de la mission de la SADC. 25 candidats à la présidentielle demandent la réouverture de cette liste qu'ils jugent défaillante et le report de l'élection.

"La Céni a donné l'opportunité à chaque citoyen de s'enregistrer pour voter, de vérifier si leur nom était sur la liste électorale, a déclaré Joseph Malanji, ministre des Affaires étrangères de la Zambie et chef de cette mission d'observation. Il faut maintenant prendre du recul et se demander comment obtenir rapidement l'apaisement à Madagascar plutôt que de continuer à enregistrer les électeurs jusqu'en 2020. Il fallait clôturer cette liste à un moment donné pour que les institutions aient le temps de mettre en place la logistique pour mener à bien cette élection. Si nous repoussons cette élection jusqu'à ce que tout le monde soit satisfait... vous savez qu'il y a un nombre de candidats sans précédent, 36. Le gouvernement et la Céni ont fait du mieux qu'ils pouvaient à notre connaissance."

La liste électorale a été clôturée au mois de mai. Quelque 9,9 millions de Malgaches y sont inscrits sur une population estimée à 24 millions d'habitants. 

Rédaction
Journaliste