Comment les réseaux sociaux ont "coulé" les législatives en Algérie

Seulement 38,25 % de participation. Un taux bien en dessous de celui enregistré en 2012 qui s‘était élevé à 42,90 %. Les réseaux sociaux du pays ne sont pas tout à fait innocents à la situation. C‘était pourtant prévisible. Tout le long de la campagne, les Algériens n’avaient manifesté aucun intérêt pour ces joutes. Ils s‘étaient plutôt tournés vers la présidentielle française où le choc des candidats au second tour – Marine Le Pen et Emmanuel Macron – alimente les passions à travers le monde.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction