Le Togo est un pays stable et sécurisé qui pourrait bien intéresser les investisseurs. Avec un positionnement stratégique offrant une porte d'entrée à près de 350 Millions de consommateurs, voilà là un facteur non négligeable aux côtés de bien d'autres atouts. Rencontre avec Kodjo Adedze, Ministre du Commerce, de l'Industrie, du Développement du Secteur Privé et de la Promotion de la Consommation locale.

Ministre du Commerce du Togo, Kodjo Adedze : "En 2022, nous voulons porter les 5% du PIB à 7,6%"

CEDEAO : le Togo, futur hub logistique d'Afrique de l'Ouest

Le Togo est un pays stable et sécurisé qui pourrait bien intéresser les investisseurs. Avec un positionnement stratégique offrant une porte d'entrée à près de 350 millions de consommateurs, voilà là un facteur non négligeable aux côtés de bien d'autres atouts. Rencontre avec Kodjo Adedze, Ministre du Commerce, de l'Industrie, du Développement du Secteur Privé et de la Promotion de la Consommation locale.

Priscilla Wolmer : Le Togo vient d’organiser son premier Forum économique avec l’Union européenne. Quels étaient vos espoirs pour cet évènement ?

Kodjo Adedze : Lorsque vous êtes dans la période de vaches grasses, il faut savoir exploiter ce potentiel. Les lignes ont suffisamment bougées au Togo, que ce soit sur le plan juridique, RH, et sur le plan de la formation de nos élites capables de faire progresser la production de façon substantielle. Ce premier Forum économique Togo-Union européenne a finalisé ce nouveau cap empreint des ambitions du Plan National de Développement (PND) "horizon 2022" qui vise à booster les investissements dans notre pays.

Priscilla Wolmer : Le gouvernement togolais souhaite récolter 7,1 milliards d'euros d’ici 2022, en quoi est-ce lucide, objectif et crédible ?

Kodjo Adedze : Il ne s'agit pas là d'objectifs que nous ne pouvons atteindre. Sur ces 7,1 milliards d'euros, l'Etat togolais a compris qu'il faut mettre à contribution le secteur privé togolais et les IDE. Nous souhaitons que 65% puissent provenir du secteur privé. La vingtaine d'investisseurs européens qui sont installés au Togo constituent un excellent baromètre. Tous les investisseurs qui cherchent à s'implanter sur une zone veulent la même chose : un cadre juridique et politique stable, une fiscalité modernisée. C'est le cas au Togo.

Je suis issu de l'administration fiscale et lorsque mon Ministre à l'époque et aujourd'hui collègue voyait stationner dans nos eaux territoriales plusieurs navires, il me disait :

- "Monsieur le Commissaire général, le Togo fera beaucoup d'argent".

Je répondais :

- "Ces navires que vous voyez stationner dans nos eaux ne viennent pas nécessairement accoster au Togo. Beaucoup de ces navires attendent de recevoir le signal pour livrer leur container dans le port voisin car le Togo offre les eaux les plus sécurisées de toute la sous-région."

Priscilla Wolmer : Faut-il comprendre que la piraterie maritime est étrangère au Togo ?

Kodjo Adedze : Affirmatif !

Priscilla Wolmer : Le PND ambitionne de créer 500 000 emplois au Togo d’ici 2022, quelles sont les actions mises en place par le Ministère du Commerce pour relever ce défi ?

Kodjo Adedze : Nous avons les leviers nécessaires pour créer ces 500 000 emplois d'ici 2022. D'ailleurs, nous avons le taux de chômage le plus bas de la sous-région (- de 3,4%). Et tous ensemble, nous travaillons à éliminer la précarité.

L'industrie croît plus vite que le PIB. Le PIB au Togo ces 5 dernières années se situe autour de 5% alors que l'industrie est autour de 10%.

En 2022, nous voulons porter les 5% du PIB à 7,6%

Pour se faire, nous développerons des dizaines de pôles de transformation agricole, manufacturiers et miniers et nous renforcerons les mécanismes d'inclusion économique et sociale du pays. 

Priscilla Wolmer : Quels sont les autres axes majeurs du PND ?

Kodjo Adedze : Le premier axe du PND est de créer un hub logistique d'excellence et un centre d'affaires de premier ordre dans la sous-région. C'est tellement naturel pour le Togo. Il n'y a qu'à observer la carte de la CEDEAO, notre positionnement offre une ouverture sur la façade maritime mais aussi à l'intérieur du pays.

Kodjo Adedze :  Le marché togolais est petit mais très connecté. Notre foncier est sécurisé et la digitalisation est en marche.

Au Togo, en moins de 6h00, un investisseur peut créer son entreprise

Au Togo, en moins de 6h00, un investisseur peut créer son entreprise. Nous réduirons ce délai grâce au numérique.

Nous avons des indicateurs qui nous sont favorables. Le Togo a amélioré son classement Doing Business pour 2019 avec un score de 55,20. Cela permet au pays de se hisser dans le Top 10 des économies qui ont le plus amélioré leur cadre réglementaire dans le monde comme l'indiquait d'ailleurs la Banque mondiale. Ce classement est consécutif à la mise en œuvre de six réformes sur la création d'entreprises, le transfert de propriété, le raccordement à l'électricité, le paiement des taxes et impôts, l'obtention de permis de construire et l'exécution des contrats.

Priscilla Wolmer : Votre Premier ministre Selom Komi Klassou décrit une progression spectaculaire et en effet, le rapport 2019 de la Banque mondiale classe le Togo à la 137e place, soit un bond de 19 places par rapport à la 156e enregistrée l'an dernier.

Priscilla Wolmer : Le climat des affaires, la fiscalité sont-ils suffisamment au service de l’économie ?

Kodjo Adedze : Le gouvernement a fait adopter le nouveau code des investissements. Ce projet de loi innovant s'inscrit dans l'amélioration du climat des Affaires dans le but davantager les investisseurs. Dorénavant, les exonérations prendront en compte la masse des investissements, au lieu d'aller au résultat, au bénéfice.

Très prochainement, le Togo disposera d'un guichet unique

Très prochainement, via l'agence pour la promotion des investissements, le Togo disposera d'un guichet unique pour éviter à l'investisseur de faire le tour des institutions pour obtenir son agrément. Le gouvernement, sous le leadership du président de la République, Faure Gnassingbé est clair là-dessus et le Président lui-même se rend disponible pour les investisseurs.

Une manière de rendre notre croissance économique forte et soutenue, de créer des emplois et des revenus dans tous les secteurs de la vie économique et sociale.
 

 

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction