RDC : les syndicats d'enseignants mettent en cause la gestion du Secope

Cela fait un an que le gouvernement de coalition a été désigné en République démocratique du Congo. Le 26 août 2019, une ordonnance présidentielle dévoilait les 65 noms des membres du premier gouvernement Tshisekedi mené par le Premier ministre Sylvestre Ilunga, issu de la coalition pro-Kabila. Sa principale mission était de mettre en œuvre la gratuité de l’enseignement primaire. Un an plus tard, sur ordre du chef de l’État, l’Inspection générale des finances mène un audit au niveau du service de contrôle et de paie des enseignants, le Secope, suite aux plaintes de deux de leurs syndicats, le Syndicat des enseignants du Congo (SYECO) et le syndicat national des enseignants catholiques (SYNECAT). Ils soupçonnent le Secope de malversations avec la création d’enseignants fictifs parmi ceux qui ne sont, à ce jour, ni immatriculés, ni payés.

Rédaction
Journaliste