La partie Est de la République Démocratique du Congo reste une jungle des misères. D'une part, les groupes armés locaux menacent de se joindre aux Forces Armées et d'autres part, les milices étrangères tuent sans pitié les paisibles civils dans l'objectif de vanger les accords entre eux et les différents gouvernements passés au pays de Lumumba. Un député, Patrick Munyomo Basilwango a décidé de changer avec intelligence le visage de sa province. Retour sur son inititative "une arme contre de l'argent".

Sécurité : le député Patrick Munyomo ne lésine sur rien pour pacifier sa circonscription

Ramassage d'armes à Goma au Nord-Kivu : "une arme contre de l'argent"

La partie Est de la République Démocratique du Congo reste une jungle des misères. D'une part, les groupes armés locaux menacent de se joindre aux Forces Armées et d'autres part, les milices étrangères tuent sans pitié les paisibles civils dans l'objectif de vanger les accords entre eux et les différents gouvernements passés au pays de Lumumba. Un député, Patrick Munyomo Basilwango a décidé de changer avec intelligence le visage de sa province. Retour sur son inititative "une arme contre de l'argent".

GOMA

La province du Nord-Kivu est un zone de non-droit où l'insucrité règne sans pause. 

Patrick Munyomo Basilwango, député national, élu de la ville de Goma a initié la campagne de ramassage d'armes et autres munitions détenues illégalement par la population moyennant de l'argent et cela dans l'objectif de résoudre les problèmes liés à l'insécurité dans sa circonscription électorale.

https://youtu.be/a9SeKH9vLBQ

Le lancement de cette campagne a eu lieu ce mercredi dans le village Ngangi I en territoire de Nyiragongo et cela devant plusieurs autorités politico-administratives , les élus provinciaux et quelques invités de marques dont les Forces vives.

C'est Carly Nzanzu Kasivita,  Gouverneur du Nord-Kivu qui a procédé au lancement de la dite campagne qui selon lui selon lui est l'un parmi les moyens de mettre fin à la criminalité urbaine en ville de Goma.

Pour Patrick Munyomo Basilwango , le patron de la Fondation Patrick Munyomo, cette initiative est venu de la demande de la population de Goma lors de son meeting au stade des Volcans de Birere lors des récentes vacance parlementaire mais aussi des études faites par sa Fondation.

"À Kinshasa, le caucus des élus du Nord-Kivu avait aussi constaté que la circulation des armes était parmi les éléments majeures qui causent l'insécurité dans la province du Nord-Kivu, c'est dans ce cadre en tant que Fils de Goma, j'ai décidé à travers ma fondation de contribuer à la sécurisation de la ville de Goma, à travers cette initiative qui réponds à la vision du chef de l'Etat de celle de pacifier l'Est de la RDC" a-t-il dit dans son speech.

RDC

Selon les dernières informations parvenues à la rédaction de 54etats.com , en cette première journée, le bilan de cette campagne fait état de 4 armes AK 47, 18 chargeurs garnis, plus de 200 balles, 6 grenades et autres effets militaires ont été remis par la population déterminée à participer à la pacification de la ville de Goma et de ses environs.

Plusieurs sources proches du média 54etats.com renseignent que cet élu aurait décaisser 30.000$ de sa Fondation éponyme et 20 000$ de son argent personnel pour les mettre à la disposition de la population en échange du retour des armes en leur possession. Soit, un total de 50.000$ pour que ce projet atteigne ses objectifs.

''J'ai fait ma part, c'est le soucis de contribuer à la pacification de la province et soutenir l'autorité provinciale'', rassure Patrick Munyomo. Il souhaite plein succès à ce projet.

En effet selon le comité mixte en charge de cette campagne, les armes légères et armes lourdes seront remises moyennant 100$ et plus selon l'appréciation du comité et les autres effets militaires et munitions entre 20 et 100$ aussi selon l'appréciation du dit comité.

Par ailleurs la société civile urbaine de la ville de Goma appelle le Gouvernement provincial du Nord-Kivu à faire en sorte que ceux qui ont déposé les munitions et les armes qu'ils détenaient illégalement soient protégés d'éventuels agressions. Le Gouverneur Carly Nzanzu Kasivita les a rassuré sur ce point dans son discours. 

Pour rappel, plusieurs projets similaires ont vu le jour par le passé en République Démocratique du Congo dont le STAREC, le programme DDR de la Monusco.

Enoch David Aluta
Journaliste