L'accord global sur la transition conclu samedi 3 août entre les militaires et les civils a été paraphé ce dimanche par les deux parties, il sera officiellement signé dans quinze jours, le 17 août. Celui-ci semble équilibré, laissant une large place au pouvoir civil, mais le chemin reste encore long pour mener à bien la transition.

De grands défis et un long processus : transition, nouvelle Constitution, justice pour les "martyrs"

Soudan : l'accord de transition sera signé le 17 août prochain

L'accord global sur la transition conclu samedi 3 août entre les militaires et les civils a été paraphé ce dimanche par les deux parties, il sera officiellement signé dans quinze jours, le 17 août. Celui-ci semble équilibré, laissant une large place au pouvoir civil, mais le chemin reste encore long pour mener à bien la transition.

Au Soudan, le pouvoir civil formé le 18 août après des mois de contestation

La transition sera encadrée par trois autorités : le Conseil souverain - qui sera nommé le 18 août - et comptera cinq militaires et six civils. Un conseil des ministres dirigé par un Premier ministre qui sera nommé par les civils le 20 août. Enfin, le Parlement devra être mis en place 90 jours après la signature de l'accord.

Une longue route vers la future Constitution soudanaise

Les grands principes sont fixés, mais c'est un long processus qui s'ouvre pour négocier le transfert du pouvoir aux civils et la future Constitution soudanaise. Il faut maintenant que les nombreuses composantes de l'opposition puissent s'entendre sur l'avenir du pays.

Des composantes nombreuses mais aussi extrêmement diverses souligne Jérôme Tubiana, spécialiste du Soudan. « Certains sont plutôt des religieux conservateurs, d’autres sont des communistes laïques, d’autres sont de la société civile apolitique, d’autres encore ne sont pas même tout à fait des civils puisqu’il y a aussi les groupes rebelles qu’il va falloir d’une certaine manière intégrer et représenter là-dedans. Ces négociations risquent d’accroître des divisions qui sont déjà importantes. »

Selon lui, cette transition implique aussi « de mettre sous contrôle une partie des corps militaires et des milices qui restent potentiellement déstabilisants ». « Qui va contrôler l’armée ? Qu’est-ce que vont devenir les milices qui ont joué un rôle crucial ces dernières semaines dans la répression violente des manifestations civiles ? Que vont devenir aussi les services de renseignements ? Que vont devenir tous ces héritages de l’ère Omar el-Béchir ? »

Gaffar Mohammud Saeneen demande justice pour les "martyrs" de la révolution

Des inquiétudes partagées par Gaffar Mohammud Saeneen, un militant soudanais réfugié en France. Il demande justice pour les "martyrs" de la révolution, et voit d'un mauvais œil la place laissée aux militaires : « Depuis le début, nous disons qu'il ne faut pas faire confiance à ces gens. Ils ne doivent pas faire partie de la révolution. »

Autre grande priorité des négociations à venir, le règlement définitif des nombreux conflits à travers le pays.

Rédaction
Journaliste