Sur invitation du Président du Ghana et président en exercice de la Conférence de la Cédéao, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, une réunion entre huits chefs d'Etat et de gouvernement de la Cédéao et les membres du Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) s'est tenue le 15 septembre, au Peduase Lodge à Aburi, au Ghana. L'objectif de la rencontre était de permettre aux membres du CNSP d'informer et de présenter à la Cédéao un schéma et une feuille de route pour la transition politique, conformément aux décisions prises lors de son sommet extraordinaire par visioconférence le 28 août dernier et lors de son 57ème sommet ordinaire tenu le 7 septembre à Niamey, au Niger. 

Pour un retour rapide à l'ordre constitutionnel au Mali

Situation au Mali : réunion des Chefs d'Etat et de Gouvernement de la Cédéao avec le CNSP

Sur invitation du Président du Ghana et Président en exercice de la Conférence de la Cédéao, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, une réunion entre huits Chefs d'Etat et de Gouvernement de la Cédéao et les membres du Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) s'est tenue le 15 septembre, au Peduase Lodge à Aburi, au Ghana. L'objectif de la rencontre était de permettre aux membres du CNSP d'informer et de présenter à la Cédéao un schéma et une feuille de route pour la transition politique, conformément aux décisions prises lors de son sommet extraordinaire par visioconférence le 28 août dernier et lors de son 57ème sommet ordinaire tenu le 7 septembre à Niamey, au Niger. 

Ouattara

Hier, les Présidents Roch-Marc Christian Kaboré, du Faso; Alassane Ouattara, de la Côte d'Ivoire; Alpha Condé, de la Guinée; Mahamadou Issoufou, du Niger, Macky Sall, du Sénégal; Faure Essozimma Gnassingbé, du Togo; et Yemi Osinbajo, vice-Président du Nigéria, se sont entretenus avec la délégation du CNSP qui comprenait : le Colonel Assimi Coita, président du CNSP; le Colonel-Major Ismael Wague, porte-parole du CNSP; l'Ambassadeur Boubacar Gouro Diall, Secrétaire Général du Ministère des Affaires étrangères du Mali. 

Colonel

Etaient également présents lors de la réunion consultative, Goodluck Jonathan, ancien Président de la République du Nigéria, Envoyé Spécial et Médiateur de la Cédéao au Mali; Jean-Claude Kassi Brou, Président de la Commission de la Cédéao; Anadif Mahamat Saleh, représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies au Mali, Chef de la Minusma; Pierre Buyoya, représentant Spécial de l'Union africaine au Mali et dans le Sahel; le général Francis A. Béhanzin, Commissaire aux Affaires Politiques, Paix et Sécurité de la Cédéao. 

Les présidents demandaient la mise en place d'une transition dirigée par des civils pour une période de 12 mois au plus tard le 15 septembre 2020.

Résultats des délibérations 

Le mini-sommet a pris note de la présentation par le CNSP des résultats du forum consultatif national, visant à parvenir à un consensus sur un schéma de transition politique. 

Ils exigent que la transition politique soit dirigée par un civil. A cet égard, le Président et le Premier ministre de la transition seront des civils pendant toute la période. Et leur désignation est imminente. Le vice-président ne pourra en aucune manière, remplacer le président de la Transition. Et dès le démarrage de la transition civile, le CNSP devra être dissout. Les présidents de la Cédéao ont pris note de la durée de la transition politique au Mali, qui sera de 18 mois maximum, à compter du 15 septembre. Une période durant laquelle la Cédéao veillera au rétablissement de l'ordre constitutionnel, conformément à leur protocole. Les sanctions seront levées dès la désignation du président et du Premier ministre de Transition. 

Goodluck Jonathan, médiateur de la crise politique au Mali

La Cédéao encourage Goodluck Jonathan à poursuivre ses efforts de médiation et à accompagner l'administration de transition dirigée par des civils pour assurer un retour rapide à l'ordre constitutionnel au Mali. Ils lui demandent d'effectuer une mission à Bamako dans une semaine pour faire le point.

Demande de libération de Boubou Cissé

Les Présidents de l'Afrique de l'Ouest se sont félicités du fait que l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta a quitté le pays pour suivre son traitement médical à l'étranger. ils demandent la libération rapide de l'ancien Premier ministre Boubou Cissé et des autres dignitaires. 

 

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction