Après un premier report, le gouvernement malgache vient enfin de valider la date de la tenue des prochaines élections. Le 27 novembre, la population élira donc ses quelques 1700 maires et leurs conseillers municipaux. Ce mercredi 14 août, la Commission électorale en a profité pour rappeler à quel point le budget, non encore défini, restait un facteur clé pour la réussite de l’organisation du scrutin.

Madagascar

Madagascar : les élections municipales fixées au 27 novembre

Après un premier report, le gouvernement malgache vient enfin de valider la date de la tenue des prochaines élections. Le 27 novembre, la population élira donc ses quelques 1700 maires et leurs conseillers municipaux. Ce mercredi 14 août, la Commission électorale en a profité pour rappeler à quel point le budget, non encore défini, restait un facteur clé pour la réussite de l’organisation du scrutin.

Après deux mois d'incertitude sur la tenue d’ici la fin de l’année des élections municipales et communales, ce mercredi soir, le gouvernement a finalement pris un décret portant convocation des 10,3 millions d’électeurs pour le 27 novembre prochain.

« Il n’y aura pas de révision spéciale, puisque la révision annuelle de la liste électorale va débuter le 1er décembre, précise Thierry Rakotonarivo, le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Mais nous allons faire tout notre possible pour rectifier les erreurs qui ont été observées lors des élections législatives en mai dernier. »

La liste officielle des candidats, elle, sera publiée le 17 septembre. Quant aux prétendants à la mairie, ils seront en campagne du 6 au 26 novembre. Si le calendrier semble en place, il reste une seule inconnue de taille : le montant alloué par l’État à cette élection.

« On est en train de discuter, déclare Thierry Rakotonarivo. Il faut avoir un minimum de budget, respecter la politique d’austérité tout en respectant aussi les normes d’une élection crédible et démocratique. On est encore en train de sabrer toutes les lignes de crédits non nécessaires. La référence, c’est le crédit qu’on a utilisé lors des élections législatives. Notre budget était de 32 milliards d’ariary provenant de l’État et 4 millions de dollars provenant du Sacem [Soutien Au Cycle électoral de Madagascar]. Soit environ 40 milliards d’ariary. On va essayer de réduire ce budget-là, puisque cette fois, nous n’aurons plus d’aide internationale. Ce sera uniquement sur le budget de l’État. Cela ne va pas dépasser les 30 milliards. Il va falloir se serrer la ceinture car ce n’est pas une mais deux élections en une que l’on organise. Mais ça va le faire ! »

Les résultats seront attendus au plus tard le 14 janvier 2020. Le mandat des maires expirant fin septembre, le gouvernement devrait logiquement le proroger par loi organique ou par ordonnance, jusqu’à la prise de fonction des nouvelles équipes.

Rédaction
Journaliste