L'auteur de l'attentat de New York "satisfait" de son acte

Alerte rouge : La présence policière a été renforcée à New-York

L'auteur de l'attentat de New York "satisfait" de son acte

24 heures après avoir tué huit personnes et fait 12 blessés à New York, Sayfullo Saipov est sorti de l’hôpital pour être inculpé de "terrorisme".

Il a été transporté en fauteuil roulant au tribunal où deux chefs d’inculpation ont été retenus contre lui : "violence et destruction de véhicules et soutien à une organisation terroriste étrangère". Il est depuis incarcéré dans une prison de New York.

Cet Ouzbek de 29 ans s’est réclamé du groupe Etat Islamique et s’est dit "satisfait de son acte". Il a, par ailleurs, demandé de pouvoir déployer les drapeaux noirs de Daesh dans sa chambre d’hôpital.

Il se serait radicalisé sur le territoire américain depuis son arrivée en 2010, à grand renfort de vidéos de propagandes de Daesh. 90 films et 3800 photos ont été retrouvées, notamment, dans son téléphone portable.

Il aurait d’ailleurs suivi à la lettre les consignes des jihadistes et préparé depuis deux mois cette attaque à la voiture-bélier. Il avait déjà loué une camionnette il y a une dizaine de jours pour s’entraîner à manier le véhicule et repérer la route. D’autres armes et des couteaux ont été retrouvés dans le véhicule, comme le recommande Daesh, pour continuer à tuer après le crash du véhicule.

Les enquêteurs du FBI interrogent également son épouse et un autre Ouzbek, Mukhammadzoir Kadirov, pour comprendre s’il a vraiment agi seul.

Donald Trump a qualifié l’homme "d’animal", avant d‘évoquer la possibilité de l’envoyer à Guantanamo, et donc de le considérer comme un "combattant ennemi", ce qui limiterait le champ de ses droits à la défense.

Peu enclin à mettre sur la table la législation sur les armes après la tuerie de Las Vegas le mois dernier, le président américain a, cette fois, insisté sur la nécessité d’interrompre immédiatement le système d’attribution de visas étrangers par loterie dont Sayfullo Saipov a bénéficié. Un thème majeur de sa campagne.

"Nous devons nous montrer plus durs et plus intelligents et moins politiquement corrects", a ajouté Donald Trump.

Cinq étudiants argentins, une ressortissante belge et deux Américains sont morts. Neuf des douze personnes blessées sont toujours hospitalisées.

La présence policière a été renforcée dans la métropole de 8,5 millions et demi d’habitants, qui accueille, ce dimanche, plus de 50 000 coureurs pour le marathon de New York.

chirelle Amozig
Journaliste