Tunisie : la réforme des retraites interviendrait en 2018

Elle fait partie des mesures dites " douloureuses "

La réforme des retraites –bien nécessaire- pourrait emprunter cinq grandes voies. Une réforme qui se ferait par étape.

Un " gouvernement de guerre ", comme l’a qualifié le chef du gouvernement, Youssef Chahed, en obtenant, le 11 septembre 2017, la confiance de l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), le parlement tunisien,  pouvait-il éluder de s’attaquer au régime des retraites ?

Ce dernier constitue un des casse-têtes de tous les gouvernements qui se sont succédé depuis la révolution de 2011. Si le gouvernement ne prend, pour ainsi dire, le taureau par les cornes, le déficit des caisses de retraite, jugé « abyssal ».

Le ministre des Affaires sociales, Mohamed Trabelsi, a soutenu, en mars 2017, qu’il pourrait atteindre, fin 2017, 1,1 milliard de dinars (environ 380 millions d’euros)  contre 664 millions de dinars (environ de 227 millions d’euros) en 2015.

Rien n’est encore tranché

La réforme, qui fait partie, selon des observateurs de ces mesures dites "douloureuses" bien nécessaires, pourraient revenir sur les " acquis " d’un système de retraite jugé du reste bien " confortable ".

Selon une source proche du dossier, la réforme pourrait emprunter cinq axes :

  • Le premier concernerait le relèvement de l’âge de départ à la retraite. Rien n’est encore tranché à ce sujet. Beaucoup dépendra des négociations avec les partenaires sociaux et notamment avec l’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), le principal syndicat ouvrier. Mais, pas seulement. Le relèvement pourrait  se faire du reste par étape. L’âge du départ à la retraite est aujourd’hui de 60 ans –pour l’essentiel- en Tunisie.
  • Le second consisterait en l’institution d’un impôt qui viendrait alléger le fardeau des caisses de retraite.
  • La révision de ce qu’on appelle « le salaire de référence » pourrait constituer le troisième axe. Comprenez les années qui servent à calculer la pension et les points alloués aux années de cotisation. L’idée centrale serait d’augmenter le nombre des années de calcul et de revisiter les points pour l’ensemble des années de cotisation. De manière que les pensions soient moins clémentes.

Harmoniser les différents régimes ?

  • Quatrième axe, l’augmentation des cotisations et pour les salariés et les employeurs.
  • Ira-t-on vers une harmonisation des différents régimes de retraite ? Cette dernière ne pourrait intervenir qu’à plus ou moins long terme. Elle ne serait pas, du moins pour l’heure, vraiment à l’ordre du jour.

La réforme du régime des retraites pourrait intervenir à partir de l’année prochaine (2018) et  se faire par étape. Comme elle pourrait être accompagnée par des mesures qui prendraient en compte tous ceux qui sont à quelques années de la retraite. Du moins pour ceux qui partiraient au cours des toutes premières années de l’introduction de la réforme conçue par le gouvernement.

Ajoutée aux réformes à attendre comme la révision de tout l’édifice de la Caisse de compensation ou avec l’augmentation des taxes, impôts et autres redevances, l’inflation et la dépréciation   du dinar, la réforme des retraites pourrait faire bien mal aux bourses de tout un chacun.

Mohamed Gontara
Journaliste - Correspondant en Tunisie et dans le reste du Maghreb