Au commencement un déploiement des forces de défense dans la ville Moyale à Oromia, une région frontalière avec le Kenya. Ces soldats gouvernementaux seraient à la poursuite des combattants du Front de libération Oromo.

Éthiopie

Plus de 5 000 Éthiopiens réfugiés au Kenya

Au commencement un déploiement des forces de défense dans la ville Moyale à Oromia, une région frontalière avec le Kenya. Ces soldats gouvernementaux seraient à la poursuite des combattants du Front de libération Oromo.

Seulement voilà. Une erreur de renseignement a tout gâché. Se servant d’informations qui n’avaient rien à voir avec la réalité sur le terrain, les soldats éthiopiens ont lancé une attaque contre des civils. Bilan neuf morts et douze blessés, rapporte l’agence éthiopienne de presse. 

La population de réfugiés éthiopiens continue d'augmenter

Vent de panique au sein des populations. D’où un exode massif vers le Kenya voisin. Dans un communiqué publié mardi, la Croix-Rouge kényane a déclaré que "la population de réfugiés éthiopiens continue d’augmenter" et qu’elle était estimée à 5 000 personnes.

<blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">Press Release: Refugees from Ethiopia Double, Prompting Expansion of Humanitarian Support. <a href="https://t.co/LdoCG8xxU3">pic.twitter.com/LdoCG8xxU3</a></p>&mdash; Kenya Red Cross (@KenyaRedCross) <a href="https://twitter.com/KenyaRedCross/status/973578819239141378?ref_src=twsrc%5Etfw">13 mars 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Les réfugiés éthiopiens ont commencé à arriver au Kenya le 10 mars. Ce sont principalement des femmes et des enfants, y compris des “femmes enceintes et allaitantes, des malades chroniques, des personnes handicapées et des personnes âgées”.

Le Front de libération oromo est un groupe sécessionniste que le gouvernement éthiopien qualifie de terroriste. Ce qui est à la base d’une série de mesures retsrictives dont l’Etat d’urgence de six mois décrété récemment suite à al démission du Premier ministre, Hailemariam Desalegn.

Mais, insuffisant pour faire baisser les tensions, car la province d’Oromia est toujours en proie à des violences du fait des heurts entre populations et agents de l’ordre.

L‘Éthiopie a déclaré que cinq soldats ayant participé à l’attaque près de Moyale ont été “désarmés” et font l’objet d’une enquête. Et d’ores et déjà, une délégation militaire de haut niveau aurait été envoyée dans la région pour enquêter sur l’incident.

Le maire de la ville n‘était pas immédiatement disponible pour commenter.

Pour Desalegn, sa démission avait pour but d’ouvrir la voie aux réformes, après des années de troubles qui ont écorné l’image de la coalition EPRDF au pouvoir sur la deuxième nation la plus peuplée d’Afrique.

Son successeur en tant que Premier ministre et président de l’EPRDF devrait être nommé avant la fin du mois.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction