C'est l'effervescence à Khartoum depuis l'annonce du retrait du Soudan de la liste des pays visés par le décret migratoire américain…

Le Soudan retiré du décret migratoire américain

La levée de l'embargo américain au Soudan serait-elle imminente ?

C'est l'effervescence à Khartoum depuis l'annonce du retrait du Soudan de la liste des pays visés par le décret migratoire américain. Cette bonne nouvelle pour les Soudanais laisserait-elle transpirer une possible et imminente levée de l'embargo américain ?

Pour des questions sécuritaires et un manque de coopération, Washington avait limité ou interdit l’entrée aux États-Unis aux ressortissants de six autres pays musulmans, même si le gouvernement américain clame le contraire, certains des pays concernés critiquent une décision qui vise uniquement la réligion.  

Pendant ce temps, les Soudanais, eux espèrent que le 12 octobre sonnera la fin de toutes les sanctions américaines qui pèsent sur ce pays.

"Je suis sûr que cette décision est dans l’intérêt du Soudan, il n’y pas de doutes là-dessus. Je pense qu’elle sera suivi par d’autres décisions positives en ce qui concerne le Soudan"

"Je crois que le Soudan a pris de bonnes et sérieuses mesures en normalisant les relations avec les États-Unis et la communauté internationale. Donc la nouvelle mesure de Trump est positive, car le peuple soudanais a beaucoup souffert auparavant à cause des sanctions unilatérales qui étaient imposées contre lui"

Le ministre soudanais des Affaires étrangères, Ibrahim Gandour entend redoubler d’efforts afin d‘éliminer tous les obstacles à une normalisation des relations soudano-américaines. Washington se donne jusqu’au 12 octobre pour étudier une possible levée des sanctions sur ce pays.

Pendant ce temps, le Tchad a été ajouté à liste des pays visés par le décret migratoire américain. N’Djamena est sanctionnée pour son manque de coopération dans la lutte contre le terrorisme. Une accusation américaine assez étonnante.

Question : Serait-elle la résultante des absences répétées du président tchadien, Idriss Deby Itno à  New York pour la 72è session de l’Assemblée générale de l’ONU et en marge de celle-ci à la réunion du G5, structure composée du Burkina-Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et duTchad, avec la France et l’Union européenne comme architectes de ce groupement de lutte contre les djihadistes au Sahel ? Affaire à suivre.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction