Elyès Gharbi, en poste depuis septembre 2016, a été limogé officiellement pour retard dans la diffusion du journal principal de la première…

Le PDG de la télévision Tunisienne limogé pour raison de retard dans la diffusion du journal

Abdelmajid Merayhi, l'intérimaire nommé par Youssef Chahed à la TV Tunisienne

Elyès Gharbi, en poste depuis septembre 2016, a été limogé officiellement pour retard dans la diffusion du journal principal de la première chaîne de la Télévision Tunisienne. C’est le troisième PDG limogé depuis la révolution du 14 janvier 2011. Le signe évident d’un malaise ?

Le Chef du gouvernement, Youssef Chahed, a décidé, le vendredi 16 juin 2017, de nommer Abdelmajid Merayhi, l’éditeur du service public de la télévision en Tunisie, pour assurer l’intérim à la tête de cette institution.

Le nouveau responsable, jusqu’ici, Directeur des Relations extérieures de la TT, remplace Elyes Gharbi, limogé sans doute après le grand retard dans la diffusion du principal journal télévisé (1 heure 30 minutes) de la première chaîne, intervenu la veille, le jeudi 15 juin 2017.

Selon un communiqué rendu public par la TT, le retard serait dû à "une attaque cardiaque" du réalisateur du journal télévisé  "ce qui a empêché d’assurer la transmission en direct du programme".

"Laxisme et dégradation dans le fonctionnement "

Un argument qui n’a pas convaincu tout le monde à commencer par de nombreux professionnels qui connaissent bien les arcanes du monde audiovisuel.

Le directeur du magazine on line " Leaders ", Taoufik Habaieb, du reste un professionnel chevronné, soutient dans un post sur Facebook, publié en réaction à la non diffusion du journal de 19h00 ceci : " La Télévision tunisienne ne prévoit-elle pas dans son dispositif prudentiel, un remplaçant de garde ? Le non-respect de cette règle de base en dit long sur le laxisme de la direction générale de la chaine publique et la grave dégradation de son fonctionnement ".

Taoufik habaieb, a-t-il mis le doigt sur la plaie ? On ne peut que le penser eu égard aux évolutions qui ont marqué l’établissement public de télévision depuis la révolution du 14 janvier 2011.

A une main mise totale de la présidence de la République sous notamment l’ancien chef de l’Etat tunisien, Zine El Abidine Ben Ali (1987-2011), s’est substitué une situation faite de l’émergence de réels contre-pouvoirs au sein de la TT et de laxisme.

Les syndicats mais également différents corps de métiers font quasiment la loi en matière de gestion grignotant sans cesse les prérogatives du PDG.

Il est ainsi largement connu que le PDG n’a quasiment aucun regard sur l’information qui est gérée par la rédaction. Celle-ci élit du reste son premier responsable. Une situation qui n’est pas, depuis la révolution, propre à la TT.

Une " erreur de casting "

Outre la révolte des rédactions qui ont longtemps souffert de la censure, la mesure s’explique par le lobbying de nombreux ONG défendant la liberté de la presse très actives notamment au cours des premières années qui ont suivi directement la révolution du 14 janvier 2011 et prônant une quasi disparition de l’Etat du champ de l’information.

Le PDG de la TT, Elyes Gharbi, paye également le mécontentement d’une partie de l’opinion mais aussi des critiques quant à la grille des programmes diffusés au cours de saint du ramadan, connu pour être un moment de grande audience télévisuelle.

Certains estiment, à ce propos, que sa nomination est une "erreur de casting", jeune journaliste et producteur de télévision, il n’aurait pas le profil pour diriger une entreprise réputée pour être des plus récalcitrantes et dont la réforme tarde à venir.

Elyès Gharbi est le troisième PFG de la TT à être limogé depuis la révolution : Béchir Hmidi, en février 2011,  et Mustapha Ben Letaief, en novembre 2015.

Elyès Gharbi a été nommé en septembre 2016.

La nomination du PDG de la TT se fait après "avis conforme" de la Haute Autorité Indépendante de l’Audiovisuel (HAICA), l’instance de la régulation audiovisuelle.

Mohamed Gontara
Journaliste - Correspondant en Tunisie et dans le reste du Maghreb