C’était dans l’air depuis près d’un an. Voilà que la Cour pénale internationale (CPI) a décidé de passer à la vitesse supérieure sur le cas…

CPI : ouverture d'un "examen préliminaire" sur le Burundi

Actualité

C’était dans l’air depuis près d’un an. Voilà que la Cour pénale internationale (CPI) a décidé de passer à la vitesse supérieure sur le cas du Burundi. C’est ce qui ressort d’un communiqué de la procureure Fatou Bensouda qui annonce l’ouverture d’un examen préliminaire.

« Depuis avril 2015, je suis de près la situation au Burundi et j'ai exhorté, à plusieurs reprises, toutes les parties impliquées à ne pas céder à la violence. » Il faut croire que les pressions de la procureure gambienne n’ont pas porté leurs fruits. Le constat, Fatou Bensouda le réalise elle-même : « Dans le cadre de la crise qui secoue le pays, plus de 430 personnes auraient été tuées, 3 400 personnes au moins auraient été arrêtées et plus de 230 000 Burundais auraient été contraints de se réfugier dans des pays voisins. » Le tout avant d’évoquer des rapports «  faisant état de meurtres, d'emprisonnements, d'actes de torture, de viols et autres formes de violence sexuelle, ainsi que de cas de disparitions forcées ».

Une violence qui conduit la Cour a entamer un examen préliminaire. La CPI étant ce qu’elle est, de l’aveu même de la procureure, le processus devrait prendre un certain temps. Ainsi, Fatou Bensouda de préciser qu’un examen préliminaire «  ne constitue en aucun cas une enquête mais un processus par lequel les renseignements disponibles sont examinés afin de déterminer en toute connaissance de cause s'il existe ou non une base raisonnable pour ouvrir une enquête au regard des critères posés par le Statut de Rome. »

Le Burundi est un État partie au Statut de Rome, ce qui signifie que la CPI peut exercer sa compétence à l'égard d'actes de génocide, de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre commis sur son territoire ou par ses ressortissants à compter du 1er décembre 2004, date d'entrée en vigueur du Statut dans ce pays.

Rédaction
Journaliste