En Guinée, le Haut représentant du chef de l'Etat a démissionné. L'annonce a été faite aujourd'hui par Sidya Touré lui-même.

Guinea

Guinée : démission de Sidya Touré

En Guinée, le Haut représentant du chef de l'Etat a démissionné. L'annonce a été faite aujourd'hui par Sidya Touré lui-même. En Guinée, le Haut représentant du chef de l'Etat abandone. Sidya Touré a annoncé ce 11 décembre sa démission. "Notre pays est confronté à des crises multiples", écrit-il sur son compte Twitter. Il poursuit : "Cette situation nous interpelle en tant que leader politique pour proposer des solutions qui redonnent espoir à notre peuple. Mon titre de Haut Représentant ne me permet pas de jouer ce rôle. J’ai donc décidé de démissionner de ce poste dès aujourd’hui".

Notre pays est confronté à des crises multiples .Cette situation nous interpelle en tant leader politique pour proposer des solutions qui redonnent espoir à notre peuple.Mon titre de HR ne me permet pas de jouer ce rôle.J’ai donc décidé de démissionner de ce poste dès aujourd’hui

— Sidya Touré (@SidyaOfficiel) December 11, 2018
 

Cette démission intervient alors que la Guinée est en proie depuis plusieurs semaines à de vives tensions politiques et sociales. L'opposant, président de l'Union des forces républicaines (UFR), collaborait avec le président Alpha Condé depuis trois ans. Mais ce départ ne s'est pas fait sur un simple coup de tête. Sidya Touré envisageait sa démission depuis déjà plus d'un an.

L'opposant déplore notamment son incapacité à "influer sur la marche des choses" que ce soit sur l'éducation, l'agriculture, la santé ou l'électricité. "Aucune des propositions que nous avons faites, ces trois dernières années, au président Alpha Condé n'a abouti", explique le président de l'UFR. 

Alpha Condé : un troisième mandat ?

Mais le véritable déclic, confie-t-il, a été les élections communales de février dernier. Dix mois après le scrutin, certaines communes sont toujours privées de maires. "Cela se fait à la carte, lâche-t-il, selon le bon-vouloir du pouvoir".

Un ras-le-bol général nourri par le contexte politique et social tendu de ces dernières semaines. Sidya Touré dénonce l'arrestation et l'emprisonnement de plusieurs de ses militants. "Je ne vois pas, poursuit-il, pourquoi j'aurais continué à faire semblant de cautionner cela". 

Il se dit aussi au sein de l'opposition que Sidya Touré s'inquiéterait de la possibilité de voir le président Alpha Condé modifier la Constitution pour se représenter à un troisième mandat en 2020. Mais en attendant, le président de l'UFR dit vouloir rejouer pleinement son rôle d'opposant politique et proposer aux Guinéens une alternative à l'actuelle gouvernance du pays.

Cellou Dalein Diallo pas étonné de la démission de Sidya Touré

Mais son départ ne surprend pas le chef de file de l'opposition guinéenne. Cellou Dalein Diallo, président de l'UFDG, l'Union des forces démocratiques de Guinée.

"Je sais que compte tenu du tempérament de M. Alpha Condé, ce n’est pas facile d’infléchir ses positions, nous explique le leader de l'opposition. Il croit à ses idées même si elles sont d’une autre génération. Et je sais que Sidya Touré est dans un certain regard plutôt moderne, dans sa conception des politiques publiques et dans sa manière de gérer un Etat. Donc sans doute qu’il n’a pas pu infléchir les positions d’Alpha Condé qui est rigide, qui n’écoute pas beaucoup, qui croit en ses idées. Et même lorsque celles-ci ne sont pas de nature à favoriser le développement ou l’aspect social."

"Oui, il demeure quand même la troisième force politique malgré la bipolarisation de la vie politique aujourd’hui en Guinée. Je ne peux que me réjouir de le voir prendre une part active dans la lutte que mène l’opposition pour l’instauration d’une démocratie apaisée et de l’Etat de droit."

Contacté par 54 ETATS, le gouvernement ne souhaite pas réagir, pour l'instant, à cette démission.

Rédaction
Journaliste