Des milliers de manifestants du mouvement Manich Msameh ont repris possession de l'avenue Bourguiba à Tunis. La colère enfle de…

Tunisie : Manifestation du mouvement Manich Msameh à Tunis

MANICH MSAMEH

Des milliers de manifestants du mouvement Manich Msameh ont repris possession de l'avenue Bourguiba à Tunis. La colère enfle de partout, bon gré, mal gré, au risque d'encore une fois tout emporter comme il y a cinq ans.

Cinq ans révolus depuis l'immolation tragique de Mohamed Bouazizi, première étincelle du soulèvement populaire suivi de la fuite inopinée de Ben Ali. Et du Printemps arabe.

En cinq ans, qu'est-ce qui a réellement changé ? 

Les mêmes impasses sociales, un taux de chômage de plus en plus élevé, une inflation des prix sans précédent, la corruption bat son plein comme jamais auparavant, les rixes et le vol noient le quotidien des Tunisiens. Les nombreuses manifestations à travers tout le pays parlent d'elles-mêmes. Et ce constat terrible dépeint un malaise quotidien. Un malaise général qui va en grandissant. Et ce sentiment d'impuissance semble mener les Tunisiens droit dans le mur.

Les parents sont démissionnaires devant la violence qui monte crescendo et cela se ressent sur le taux élevé des échecs scolaires. Engrenages, conduites à haut risque avec un commerce juteux des réseaux de l'immigration clandestine vers de faux Eldorados européens ou pire encore vers les zones de tension et l'endoctrinement sous la bannière de Daech.

Hier Gafsa, Kasserine, le Kef, Kairouan, Tataouine... Aujourd'hui, Tunis avec un défilé de "Manich Msameh" ("Je ne peux pas pardonner") qui rappelent que des milliers de Tunisiens ne pardonneront jamais pour les bléssés, les martyrs de la révolution, et tous les laissés pour compte qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Ce samedi 13 mai 2017, à 15h00 démontre qu'une fois de plus la Tunisie est en colère et n'a pour souhait que de brûler l'unique pétrole qui lui reste : sa liberté !

 

 

Ramzy Essaidi
Journaliste Reporter d'Images (JRI) Correspondant en Tunisie