Son nom est gravé dans la roche et ses lyrics absorbés par l’inconscient collectif. Voilà 20 ans que l’artiste arpente la scène musicale d’ici et d’ailleurs. « Le temps passe, et passe, et passe, et beaucoup de choses ont changé, qui aurait pu s’imaginer que le temps se serait si vite écoulé »… l’heure du bilan s’impose. Portrait.

Congo - Brazzaville

Ben J, le blipster des Neg’Marrons a brisé le plafond de verre

Son nom est gravé dans la roche et ses lyrics absorbés par l’inconscient collectif. Voilà 20 ans que l’artiste arpente la scène musicale d’ici et d’ailleurs. « Le temps passe, et passe, et passe, et beaucoup de choses ont changé, qui aurait pu s’imaginer que le temps se serait si vite écoulé »… l’heure du bilan s’impose. Portrait.

Issu d’une banlieue dite sensible, le cœur cardiaque d’une France qui a la dent dure quand il s’agit d’ouvrir ses bras aux Neg’Marrons, Ben J, l’artiste-producteur d’origine congolaise, né à Garges Sarcelles a très tôt compris qu’il lui fallait briser le plafond de verre.

Notre blipster, père de deux grands fils, malgré ses quarante-et-un printemps dort peu, affirmant que c’est du temps perdu ! Alors, il se prépare à offrir à l’Afrique, un projet culturel : « Oui, la culture apporte des réponses. Le secteur culturel crée des emplois, des revenus, des compétences, et en même temps les produits culturels portent des valeurs, des repères qui sont des leviers d'identité, de cohésion sociale, de mobilisation collective. » N’allez pas lui en demander plus, il n’en piperait mot !

"Oui, la culture apporte des réponses. Le secteur culturel crée des emplois, des revenus, des compétences, et en même temps les produits culturels portent des valeurs, des repères qui sont des leviers d'identité, de cohésion sociale, de mobilisation collective"

Cette Afrique dont ses pieds ne foulent pas en permanence le bitume mais dont l’histoire, le souffle de son peuple, et les frasques de ses dirigeants le poussent à voir plus loin, le transporte. Ça transpire dans son flow, ça jailli de ses textes, ça stimule ses créations.Une réalité bientôt audible. Là, sous son chapeau à bords plats et derrière ses lunettes vintages, notre Ben J chatouille sa barbe brune et nous concocte un deuxième album solo. Un opus dynamique alliant des sonorités d'afro-pop et de dance-hall.

En parallèle, l’artiste à la silhouette longiligne se prépare avec son crew du Secteur ä et son partenaire de rimes de toujours, Jacky, à une tournée évènement dans toute la France, avec un passage à l’AccorHotels Arena Bercy de Paris le 22 mai 2018. Pour l’occasion, et avec lui, Doc Gynéco, Stomy Bugsy, Passi, Arsenik, Pit Baccardi, Singuila et MC Janik remonteront sur scène pour interpréter quelques-uns de leurs célèbres morceaux. Une manière de commémorer le 150ème anniversaire de l'abolition de l'esclavage et de faire écho à leur concert donné pour l'occasion le 22 mai 1998 à l'Olympia.

 

Secteur Ä

 

Rappeur. Tout vient de là et il en est fier ! Plus de 500 000 albums vendus sur les cinq albums réalisés par Neg’Marrons, un disque d’or en moins de cinq semaines avec l’album Le Bilan qu’il réalise avec Jacky ! Sans oublier le projet Bisso na Bisso, formé par un collectif de rappeurs congolais dont le premier album Racines, compte plus de 200 000 exemplaires vendus. Puis, en juin 2013, Ben J diversifie son genre musical et publie, loin du Hip-Hop, son premier album solo, Dancehall C4. En 2016, il annonce avec Jacky le retour du duo Neg’Marrons avec la sortie de leur cinquième album, Valeurs sûres.

Avec autant de réussites dans une vie d’artiste, Ben J aurait pu prendre le melon et s’éloigner de ses racines, de son essence première. Loin de là. Les moyens ne manquent pas mais il a choisit de vivre humblement dans un arrondissement que d’autres, plus bling-bling auraient préféré oublier ou du moins fuir. « Mais pourquoi quitter ce qui t’a permis de grandir ? » s’étonne t-il.  Sa force vient de là et pour rien au monde, il ne troquerait ses voisins de quartiers pour des voisins en « toc » installés de l’autre côté du périphérique.

"Mais pourquoi quitter ce qui t’a permis de grandir ?"

Intègre, Ben J, le blipster des Neg’Marrons a brisé le plafond de verre et ne compte pas s’arrêter là. C’est sans conteste et à lui-seul un moteur culturel à suivre !

 

 

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction