Nations unies (Etats-Unis) - Les Etats membres de l'ONU doivent se préparer à gérer de larges mouvements de migrants, prévient le…

L'ONU appelle les Etats à se préparer à de larges mouvements de migrants

United States

Nations unies (Etats-Unis) - Les Etats membres de l'ONU doivent se préparer à gérer de larges mouvements de migrants, prévient le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, dans un rapport rendu public jeudi. "Il y a un besoin urgent pour les Etats membres de développer une stratégie pour gérer de larges mouvements de migrants", souligne le patron de l'ONU dans ce document. Antonio Guterres ajoute qu'il y a des "chevauchements évidents entre ce défi et les enjeux du Pacte Mondial sur les Migrants" attendu en 2018. Des négociations formelles sous l'égide de l'ONU doivent débuter en février à ce sujet, avant une conférence intergouvernementale en décembre au Maroc pour adopter un document. Fin 2017, les Etats-Unis ont annoncé se retirer de l'élaboration du Pacte sur les Migrants, en raison de dispositions contraires à la nouvelle politique d'immigration de Donald Trump. Lors d'un discours de présentation de son rapport devant l'Assemblée générale de l'ONU, Antonio Guterres, sans citer les Etats-Unis, a mis en garde "les autorités qui érigent des obstacles majeurs à la migration - ou imposent de sévères restrictions sur les opportunités de travail des migrants". Car, selon lui, cela entraine "des dommages économiques inutiles" et"encourage involontairement la migration illégale". Son rapport souligne trois éléments importants à prendre en considération par les Etats membres dans la définition d'une stratégie: une approche humanitaire axée sur la défense des droits de l'Homme, des ressources financières pour définir le statut des migrants une fois la première aide humanitaire apportée, et trouver des options crédibles pour les migrants qui ne peuvent prétendre à un statut de réfugié tout en étant dans l'impossibilité de revenir dans leur pays d'origine. "Le Pacte Mondial est une opportunité non seulement pour les Etats membres mais aussi pour le système onusien d'adopter une approche plus ambitieuse pour la gestion des migrations", fait aussi valoir Antonio Guterres dans son rapport. Il précise prévoir "des consultations intensives sur l'approche onusienne vis-à-vis des migrations tout au long de 2018". A la différence de la question des réfugiés, "il n'y a pas de capacité centralisée à l'ONU pour gérer les migrations" et l'approche onusienne reste "fragmentée" à ce sujet, précise Antonio Guterres. Il appelle enfin à développer auprès des populations dans le monde une perception "positive" des migrations - le nombre de migrants dans le monde est estimé à 258 millions, soit 3,4% de la population mondiale - au sein des Etats membres afin de lutter entre autres contre la xénophobie et les discriminations. "Les migrations doivent être un acte d'espoir et non de désespoir", a-t-il souligné devant l'Assemblée générale. ©AFP
Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction