Lorsque l’UGTT donne son accord

Fixation de l'âge du départ à la retraite à 62 ans en Tunisie

Le déficit des caisses sociales atteindrait, selon des sources concordantes, quelque deux milliards de dinars. L’Etat a certes injecté 800 millions de dinars; mais ce n’est que du provisoire. Comme ce n’est pas suffisant.

Les Tunisiens travaillant dans le secteur public qui atteindront 60 ans en 2020 partiront à la retraite deux ans plus tard. Comme ils pourront le faire cinq années plus tard.

L’Union Générale Tunisienne du Travail (UGTT), le principal syndicat ouvrier tunisien avec 750 000 adhérents, vient de dire oui à cette proposition contenue dans le programme du gouvernement tunisien en vue de sauver le régime des retraites en Tunisie.

Le déficit des caisses sociales atteindrait, selon des sources concordantes, quelque deux milliards de dinars. L’Etat a certes injecté 800 millions de dinars; mais ce n’est que du provisoire. Comme ce n’est pas suffisant.

Les statistiques disent que le nombre d’actifs qui finance une pension des bénéficiaires n’a cessé de baisser : il est passé, par exemple, de 2,9 en 2010 à 2,7 en 2014, soit une baisse de l’ordre de 1,3%.

L’espérance de vie est de 76  ans en Tunisie

Cette mesure qui consiste à retarder l’âge du départ de la retraite ne devrait pas connaître de vrais contradicteurs. Pour au moins quatre raisons. Premièrement, en raison de l’accord donné par l’UGTT, qui bénéficie d’une bonne audience en Tunisie auprès de la classe ouvrière.

Deuxièmement, parce qu’elle est bien nécessaire. Troisièmement, parce que, en raison de l’amélioration des conditions de vie des Tunisie, l’espérance de vie est de 76  ans en Tunisie (Source : Institut National –Tunisien- de la Statistique en 2014). Elle serait la plus élevée du continent africain. Quatrièmement, parce que ce recul de l’âge de départ à la retraite est jugé bonne pour la croissance.

Mais, elle n’est pas suffisante. L’Etat compte introduire un nouvel impôt et revoir le régime de base du calcul des retraites.

 

Mohamed Gontara
Journaliste - Correspondant en Tunisie et dans le reste du Maghreb