La séance unique de l’été : 8:00 - 14:30, a succédé en cette année 2017 à une autre : celle du mois du Ramadan, période…

La séance unique d’été : objet de vives discussions

En Tunisie, la séance unique d’été est fortement critiquée

La séance unique de l’été : 8:00 - 14:30, a succédé en cette année 2017 à une autre : celle du mois du Ramadan, période connue pour être un moment de farniente.

"En Tunisie, c’est doucement le matin pas trop vite le soir. Pendant l’été et sa séance unique (8:00 / 14:30 et 8:00 / 13:30 le samedi), cela devient cependant seulement doucement le matin", tempête, sans évidement une pointe d’humour commente Imed C., un commerçant de pièces détachées du secteur automobile.

"Outre le baisse de régime dû au nombre d’heures de travail (six heures trente minutes du lundi au jeudi) par rapport à l’horaire normal (huit heures), on constate pendant l’été un certain "farniente" en raison de la forte chaleur, des départs en vacances, des veillées dues aux nombreux mariages et soirées des festivals qui essaiment un peu partout dans le pays", précise notre interlocuteur.

800 000 agents de la fonction publique au ralenti

Ce rythme d'été ajoute un retard incroyable aux habituels retards, absentéisme et laisser-aller propre à l’administration. Celle-ci, encore centralisée, compte environ 800 000 agents ; le double, selon certaines sources, des besoins réels du pays.

Le nombre des agents de la fonction publique a explosé depuis la révolution du 14 janvier 2011. A la faveur de l’insertion d’agents de la sous-traitance, d’une opération de l’amnistie générale, des ouvriers des chantiers,…

La séance unique est propre à la Tunisie

L’Assemblée des représentants du peuple a approuvé le 13 juin 2017 une loi concernant la mise en place de dispositions exceptionnelles pour la retraite anticipée dans le secteur public qui devra dégraisser un tant soit peu le mammouth.

Instaurée en 1956, la séance unique est, au Maghreb, propre à la Tunisie. Elle fait depuis quelques années l’objet de vives discussions. Des entreprises privées ont fini par ne plus l’appliquer.

D’autant plus qu’elle a succédé en cette année 2017 à une autre : celle du mois du Ramadan, connu pour être un moment de farniente.

Mohamed Gontara
Journaliste - Correspondant en Tunisie et dans le reste du Maghreb