Kenya : la Cour suprême demande la dissolution du Parlement pour non-respect de la parité

Le Kenya au bord d’une nouvelle crise constitutionnelle. Lundi 21 septembre, le président de la Cour suprême a demandé au chef de l’État de dissoudre le Parlement car il ne respecte pas la Constitution de 2010. Le texte prévoit qu’aucun sexe ne peut occuper plus des deux-tiers des sièges au Parlement. Or aujourd’hui, les femmes ne représentent que 22% des postes à l’Assemblée et 31% au Sénat. Le Kenya avait 5 ans pour se mettre en conformité. Plusieurs recours en justice n’ont rien changé, la demande du président de la Cour suprême a donc entraîné une onde de choc.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction