Le Yémen souffre d'une guerre à ses frontières qui oppose les forces gouvernementales à des rebelles chiites proches de l’Iran. C'est là, d'après l'ONU, "la pire crise humanitaire du monde". Face à ce drame, les américains devraient prochainement appuyer la résistance nationale du Yémen, la brigade Al Amalaqah et les forces de Tihama. Une importante opération militaire visant à libérer le gouvernorat de Hodeidah. Zoom sur la situation. 

Un tournant imminent pour la guerre au Yémen ?

Yémen : "la pire crise humanitaire du monde"

Le Yémen souffre d'une guerre à ses frontières qui oppose les forces gouvernementales à des rebelles chiites proches de l’Iran. C'est là, d'après l'ONU, "la pire crise humanitaire du monde". Face à ce drame, l'administration Trump devraient prochainement appuyer la résistance nationale du Yémen, la brigade Al Amalaqah et les forces de Tihama. Une importante opération militaire visant à libérer le gouvernorat de Hodeidah. Zoom sur la situation. 

Des garçons mangent du pain ramassé dans les ordures, à Hodeida, le 7 janvier. Photo Abduljabbar Zeyad. Reuters

 

Hodeida suffoque sous le poid des milices Al Houthi soutenues par l’Iran. Depuis 2014, le conflit a fait près de 9 000 morts et 50 600 blessés, dont de nombreux civils. 

Un rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha) indique que 22,2 millions de Yéménites (76% de la population) soit 1,5 million de plus lors des six derniers mois, ont besoin d’aide alimentaire. Une famine n’est plus à exclure, environ 17 millions de Yéménites souffrant aujourd’hui de la faim. Parmi eux, ce ne sont pas moins de 6,8 millions qui nécessitaient une "aide alimentaire immédiate, adaptée et soutenue".

Une association bénévole distribue des rations alimentaires aux Yéménites de Sanaa, le 13 avril. Photo Hani Mohammed. AP

L'opération Hodeida, point final de la guerre au Yémen ?

Les sources américaines ont souligné le grand progrès des forces yéménites, sous la direction de l'ancien commandant de la Garde Républicaine Tariq Saleh. Depuis plusieurs mois déjà, des voix, dans l’administration Trump, plaident pour davantage d’engagement au Yémen en appui aux Saoudiens, pour contrer l’influence iranienne et mettre fin à ce drame.

Avec l'opération Hodeida, les Houthis, soutenus par l'Iran et qui contrôlent une grande moitié nord du pays seraient contraint à dialoguer dans le calme avec les forces du gouvernement légitime reconnu internationalement, et installé à Aden dans le sud.

C'est là la promesse d'une solution humanitaire et de développement dont la population yéménite a grandement besoin. Pour dernier rappel, en octobre 2017, une épidémie de choléra a commencé à se propager dans plusieurs provinces, selon l’Unicef. Fin mars, plus de 23 000 personnes étaient touchées. 

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction