Cinq ans après Nigerian Wood, Keziah Jones revient avec un projet personnel et politique sous les traits d’un super-héros afro, Captain Rugged, son double loufoque et engagé.

Un nouveau single pour Keziah Jones

Captain Rugged, l'album qui raconte l'Afrique d'aujourd'hui

Cinq ans après Nigerian Wood, Keziah Jones revient avec un projet personnel et politique sous les traits d’un super-héros afro, Captain Rugged, son double loufoque et engagé.

Nigérian, afropolitain, universel, Captain Rugged a beaucoup à nous conter sur l’Afrique d’aujourd’hui, continent moderne, urbain, en mouvement. C’est le chaos génial de Lagos qui l’a enfanté, entre ghetto et gratte-ciels. Il s’y faufile d’un tir d’aile, équipé d’une cape en ankara (étoffe bariolée made in Nigeria) et secoue le monde de ses beats rageurs : « Here I come, an Afro Super Hero, Captain Rugged », souffle Keziah. Son Afronewave se pose sur le fil de ses révoltes : un album-manifeste, forcément.

«  Ce personnage, ca fait 10 ans que je le mûris dans ma tête. Cette histoire de super-héros est une satire sur le pouvoir, la politique et la magie. Je raconte l’épopée des réfugiés, de l’immigration et l’exile ! appuie Keziah Jones. D’où mon envie de montrer ces personnalités comme particulièrement « rugged », robustes : ce sont des survivants. Donc des super-héros. Des Supermen africains. C’est mon ambition avec cet album. »

Des accents engagés qui convoquent la mémoire de Fela Kuti, son compatriote, grand défenseur de l’africanité, embastillé plusieurs fois pour avoir nargué la dictature nigériane. « De Fela, que j’ai rencontré l’année précédent sa disparition, j’ai retenu qu’il était nécessaire de créer de la musique qui raconte directement la réalité. ».

C’est ce retour au pays natal qui a permis à Keziah Jones de laisser éclore Captain Rugged. Un avatar plus puissant, plus fort en gueule, plus affranchi.

Keziah Jones prend le pouls des relations Nord-Sud. « La modernité de l’Afrique post-coloniale, c’est ce que je souhaite montrer, loin de l’image souvent véhiculée par l’Occident d’un continent dévasté par la famine et/ou la guerre. Je parle d’une Afrique urbaine, jeune : 20 millions de personnes vivent à Lagos ! La culture contemporaine africaine est désormais une réalité, notamment au Nigéria. Aujourd’hui, la vivacité de la culture africaine est avérée, nourrie par la diaspora.

Sa musique, le Blufunk, est comme toujours à la croisée des chemins. Elle mélange une attitude punk-funk à des rythmes de musique africaine. Enregistré entre Londres et Paris, mixé à New York, l’album Captain Rugged laisse affleurer aussi des sonorités psychédéliques : « George Clinton qui partage un joint avec Fela », résume-t-il. C’est plutôt engageant.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction