En Tanzanie, six formations politiques d'opposition veulent faire de 2019, l’année de la lutte pour la démocratie. Ils défient ainsi le régime autoritaire du président John Magufuli, élu en 2015. Depuis son arrivée au pouvoir, six chaînes de télévision et une vingtaine de radios ont été suspendues. Six membres du principal parti d’opposition, Chadema, ont été arrêtés pour "appel à la haine", dont le président du parti, Freeman Mbowe.

Tanzanie

Tanzanie : l'opposition s'organise pour les prochaines élections

En Tanzanie, six formations politiques d'opposition veulent faire de 2019, l’année de la lutte pour la démocratie. Ils défient ainsi le régime autoritaire du président John Magufuli, élu en 2015. Depuis son arrivée au pouvoir, six chaînes de télévision et une vingtaine de radios ont été suspendues. Six membres du principal parti d’opposition, Chadema, ont été arrêtés pour "appel à la haine", dont le président du parti, Freeman Mbowe.

Pour John Mnyika, député du parti Chadema, la démocratie est en danger, il faut agir à la veille des élections locales de 2019 et de la présidentielle de 2020.

"Depuis les élections de 2015, doucement le pays est tombé dans un régime dictatorial. Le président a d’abord interdit la retransmission en direct des débats du Parlement, puis il a interdit tout rassemblement de partis politiques".

Les écarts autoritaires du président tanzanien, John Magufuli, élu en octobre 2015,  est pointée régulièreement par les institutions internationales et organisations de défense des droits de l'homme.

Rédaction
Journaliste