"Las, je suis las de ces turpitudes et du jeux cynique de ceux qui pensent détenir la clef du conflit syrien. Le monde danse avec les mots, joue avec le temps pendant que flotte dans l’air syrien, non pas le parfum agréable d’un doux Printemps mais l’odeur des corps en putréfaction de mes frères. Vous entendez ? Voici les sirènes de la paix qui retentissent. C’est un avertissement avant qu’il ne soit trop tard" C’est en ces mots que Mohamad Izzat Khatab, président de l'ONG La Syrie pour tous et fondateur du plan Khatab répond à la simple question :  "Ça va le ramadan. Pas trop difficile ?" Une question qui frôle l’indécence tant c’est une évidence que rien ne va plus dans son pays.

Syrie : "La paix sera avec vous ou sans vous"

Avec le plan Khatab, Mohamad Izzat Khatab propose une reconstruction de la Syrie et le rappatriement de tous les réfugiés

"Las, je suis las de ces turpitudes et du jeux cynique de ceux qui pensent détenir la clef du conflit syrien. Le monde danse avec les mots, joue avec le temps pendant que flotte dans l’air syrien, non pas le parfum agréable d’un doux Printemps mais l’odeur des corps en putréfaction de mes frères. Vous entendez ? Voici les sirènes de la paix qui retentissent. C’est un avertissement avant qu’il ne soit trop tard" 

C’est en ces mots que Mohamad Izzat Khatab, président de l'ONG La Syrie pour tous et fondateur du plan Khatab répond à la simple question :  "Comment se déroule le ramadan. Ce n'est pas trop difficile ?" Une question qui frôle l’indécence tant c’est une évidence que rien ne va plus dans son pays.

Voila cinq jours que le mois du ramadan, période de jeunes pour de nombreux musulmans a débuté. Pour les chrétiens comme pour les musulmans, avec la guerre, même en ce mois de paix la roquette tombe. Il n’y a plus une minute à perdre !

"Khalass, c’est une honte !"

Le traitement de la crise syrienne appartient aux syriens et c’est à tous les pays impliqués dans le conflit de l’entendre martèle Mohamad Izzat Khatab. C’est le principe même de l’autodétermination des peuples. "Il n’y a pas de peur du vide à avoir. Le plan khatab est pensé pour combler vos craintes et reconstruire pacifiquement la Syrie avec ma fortune personnelle dans un premier temps, puis grâce à un "effet levier sans équivalent" . Je le redis, j'exhorte chaque décideur à agir dans l’intérêt de la résolution du conflit, dans l’intérêt du peuple syrien. Il est souhaitable que chacun montre son attachement à une paix immédiate et pérenne" ajoute le Président de l'ONG La syrie pour tous.

Le syrien appelle à la mise en place du plan Khatab, sorte de plan Marshall pour la Syrie.

Le plan khatab

Depuis mars 2011, la Syrie est en proie à un conflit qui a forcé plus de la moitié de la population à s'exiler. Près de 5,6 millions de syriens ont quitté leur foyer, plus de 6,6 millions d’autres se sont déplacés à l’intérieur du pays. Cette crise, considérée comme le pire drame humanitaire des temps modernes avec plus de 13 millions de personnes ayant besoin d’assistance, est responsable de la souffrance d’un très grand nombre d’hommes, de femmes et d’enfants syriens. Plus de 340.000 morts ont été tuées, d'après l'UNHCR et plus d'un million d’autres blessées. Plus de la moitié de tous les Syriens ont été forcés de quitter leur foyer, faisant de la Syrie la plus grande crise mondiale de déplacement. Les violations des droits de l'homme et les abus continuent de se produire dans le contexte d'une insécurité généralisée et au mépris du droit international, humanitaire et des droits de l'homme.

L'application du plan Khatab s'effectuera avec des partenaires pour fournir une aide humanitaire à ceux qui en ont besoin et reconstruire les villes et les installations bombardées depuis 2011 en Syrie. 

"L’heure n’est plus aux discussions stériles, sans cela, le conflit s’étendra jusqu'à former une réelle poudrière pour toute la région. Et j’appelle ici et maintenant, tous les décideurs mondiaux impliqués dans ce conflit à agir à mes côtés pour stopper cette extermination massive. Je préviens, la paix sera avec ou sans vous."

 

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction