Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a finalisé une distribution d’aide en espèces au profit de plus de 43.000…

Congo - Kinshasa

Situation Humanitaire en RDC : Plus de 43 000 personnes déplacées et des familles d’accueil assistées par le HCR dans le Grand Kasaï

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a finalisé une distribution d’aide en espèces au profit de plus de 43.000 personnes déplacées, retournées et membres des familles d’accueil dans les territoires de Demba dans la province du Kasaï central et de Mweka dans la province du Kasaï, indique cette agence onusienne dans un communiqué reçu, mardi à 54etats.fr.

Outre l’aide en espèces, indique la source, des équipes du HCR ont distribué des non vivres composés des bâches en plastique, des couvertures, du savon et des kits d’ustensiles de cuisine à plus de 10.000 personnes.

La distribution de l’aide aux déplacés, retournés et les membres des communautés d’accueil, a expliqué le
communiqué de presse, remonte au mois d’août 2020 lorsque ces personnes, évaluées à environ 32.000, avaient fui les violences à la suite d’un conflit intercommunautaire dans la localité de Bakwakenge, au Kasaï Central. Selon la source, des équipes avaient été déployées sur le terrain, depuis août 2020, afin d’enregistrer et répondre aux besoins les plus urgents des personnes déplacées, des retournés, ainsi que des membres des communautés d’accueil. « La plupart des déplacés ont fui pour sauver leur vie, laissant derrière eux leurs maisons et leurs biens. Il était important de réagir rapidement en leur venant en aide
et aussi aux communautés d’accueil qui, malgré leur capacité souvent limitée et l’extrême pauvreté, ont accueilli les personnes déplacées internes les bras ouverts », a expliqué M. Ali Mahamat, chef de la sous-délégation du HCR à Kananga, au Kasaï Central.

Le HCR a continué ses interventions en espèces afin que les déplacés, les retournés et les membres des communautés d’accueil puissent répondre à leurs besoins.

Cette assistance les rend moins susceptibles d’avoir recours à des stratégies risquées, comme la prostitution ou le travail des enfants et profite aussi à l’économie locale comme le témoigne une des bénéficiaires, indique la source. Par ailleurs, note la source, des mouvements de retour progressifs vers leurs zones d’origines sont observés grâce à l’amélioration du contexte sécuritaire et de l’appel des autorités locales à la paix.

Cependant, une fois de retour chez eux, les retournés sont confrontés à plusieurs obstacles, comme l’occupation de leurs propriétés lors de leur exil ou le manque d’infrastructures d’éducation et de santé. Par
ailleurs, le HCR condamne fermement une attaque contre son personnel et ses partenaires, le 6 décembre dernier dans la cité de Benak Leka, à 150 km au Nord de Kananga.

Des hommes ont violemment interrompu la distribution d’aide en espèces qui a dû être reportée jusqu’à nouvel ordre, empêchant 300 familles vulnérables de recevoir l’assistance dont elles ont désespérément besoin. « Nous remercions les autorités locales pour avoir pu protéger et évacuer nos équipes en toute sécurité du lieu de l’incident », a salué M. Ali Mahamat.

La sécurité des employés humanitaires est primordiale pour venir en aide aux populations civiles.

Le HCR va réévaluer la situation pour pouvoir assister ces personnes dans le besoin, signale-t-on.

Le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) en collaboration avec la Commission nationale pour les réfugiés (CNR) a facilité, mardi, le rapatriement de 54 ménages composés de 243 réfugiés centrafricains vivant au camp de Boyabu situé à 20 Km de Libenge, dans la province du Sud-Ubangi. Ce convoi a quitté le camp de Boyabu pour le centre de transit de Batanga à 12 km de Libenge dans un cortège de plus de 15 véhicules.

C’est à ce port où les embarcations étaient positionnées pour assurer leur transport vers leur pays d’origine. Le convoi de quatre baleinières ont quitté Batanga pour Mongoumba dans une bonne ambiance, aucun incident n’a été signalé. Les réfugiés (femmes et enfants) n’ont pas caché leur satisfaction en entonnant des chansons tout au long du voyage, après 7 ans de refuge en RDC. Cette opération a été organisée après le rapatriement, du 10 au 25 novembre derniers, de 1.183 autres réfugiés qui vivaient dans le camp de Mole, à 35 kilomètres de la ville de Zongo, rappelle-t-on.

En raison de la pandémie de la COVID-19, le HCR et ses partenaires ont mis en place des mesures appropriées notamment, la prise de température, la fourniture des masques, les dispositifs de lavage des mains, le respect de la distanciation sociale y compris la désinfection du centre de transit, des véhicules, a-t-on signalé.

Les mêmes dispositions étaient prises à leur arrivée au port de Mongoumba. Notons qu'à la suite de l’accord tripartite entre le HCR, la RDC et la RCA, 4.708 réfugiés centrafricains ont été rapatriés jusque-là. 3.133 d’entre eux l’étaient déjà en 2019, puis 1.575 cette année.

Plus de 15.000 réfugiés centrafricains vivent au camp de Boyabu dans la province du Sud Ubangi où ils bénéficient d’une assistance multi sectorielle de la part du HCR et ses partenaires. Le prochain convoi est
prévu le 11 décembre 2020.

Enoch David Aluta
Journaliste