Le maire de Mermoz/ Sacré-Cœur, Barthélémy Dias a jeté un sacré coup de froid au sein de son ancienne formation politique, en affirmant détenir « toutes les preuves de l’implication de la Direction du Parti socialiste dans le recrutement des nervis ». Il cite nommément Aly Mané le Maire se Paoskoto. Ce dernier a traves un communiqué balayées d'un revers la main toutes ses accusations et annonce une plainte contre le maire de Mermoz / Sacre coeur Barthélemy Diaz

Guéguerre entre Sosialistes

Senegal: Recrutement de Nervis

Le maire de Mermoz/ Sacré-Cœur, Barthélémy Dias a jeté un sacré coup de froid au sein de son ancienne formation politique, en affirmant détenir « toutes les preuves de l’implication de la Direction du Parti socialiste dans le recrutement des nervis ». Il  cite nommément Aly Mané le Maire se Paoskoto. Ce dernier a traves un communiqué  balayées d'un revers la main toutes ses accusations et annonce une plainte contre   le maire de Mermoz / Sacre coeur Barthélemy Diaz

   J'insiste, persiste et signe la direction du parti socialiste (PS) a cautionné le recrutement  l'armement et le développement de nervis qui ont occasionné la mort de citoyens sénégalais" déclaration faite par Barthélemy Dias  sur sa page face book et reprise par toute la presse sénégalaise. Pour le maire de Mermoz Sacrée coeur le PS a choisi d'être apprivoisé au nom d'une politique alimentaire au dessus des intérêts du peuple. Le proche de l'ancien maire de Dakar KHalifa Ababacar Sall de poursuivre " j'accuse Mr A li Mané Maire de Paoscoko dans le département de Nioro Region de Kaolack, responsable politique d'etre le recruteur des nervis, Je dénonce irresponsabilité de Mme Aminata Mbingue Ndiaye à travers le torche de communiqué pondu pour amuser le prince.
Ou est l'auto saisine de Mr le procureur de la république? " conclut le maire de Mermoz Sacrée Coeur

Des accusations battues en brèche par Aly Mané le Maire de Paoscoko. Voici l’intégralité de sa déclaration.
 
Depuis quelques jours, M. Barthélémy Dias, un homme politique très connu pour ses outrances et son caractère fasciste tient  des propos particulièrement odieux et calomnieux à l’égard  d’honnêtes citoyens dont ma modeste personne.
Cet homme emporté et au caractère puéril,  habitué à jouer au Tartarin de salon, est coutumier des faits de diffusion de fausses nouvelles. Il a osé  soutenir des propos ridicules,  m’imputant une responsabilité dans le recrutement de « nervis » ( sic). 
Cette affirmation aussi grotesque que fantaisiste pue évidemment le mensonge, l’affabulation et la manipulation.
Dès lors,  il me revenait,  au nom de la vérité, de saisir par mes conseils des voies de droit pour le mettre devant ses responsabilités afin que nul n’en ignore.

Il est de notoriété publique et à partir des faits irréfutables que cet énergumène est l’incarnation typique de la violence verbale et physique qui ont conduit par le passé à l’irreparable.
N’est-il pas constant de le voir tout le temps entouré de gros bras , de sbires donc de nervis armés? 
Tout le monde au Sénégal sait que c’est lui qui entretient , organise et lâche des nervis contre d’honnêtes citoyens.
Souvenez-vous il y’a de cela quelques années le sieur Barthélémy Dias commettait des voies de fait précédées par des propos à la violence inouïe tout en saccageant nos panneaux publicitaires dans sa commune.
Depuis lors,  ce monsieur est rongé  par une haine aveugle et une  jalousie maladive qui l’amène  à vouloir en découdre avec moi et porter atteinte à mon honorabilité.
Barth,  tu sais très bien que tu mens comme tu as menti sur l’assassinat du jeune Ndiaga Diouf qui restera sur ta conscience éternellement. Et pire, tu sais que je sais.
Je te conseille d’aller voir un psychiatre car depuis ce meurtre de sang-froid tu n’arrives pas à te regarder dans un miroir malgré tes rodomontades.
 Il me reste juste une chose à te dire, en te rappelant ce verset du Saint Coran:  « Ô vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair (de crainte) que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait ».

Mamadou Mactar Sarr
JRI et correspondant - Sénégal