Pourtant l'une des mesures de prévention contre la propagation du Coronavirus est celle  d'éviter la poignée de mains, certes les…

Congo - Kinshasa

RDC : malgré la présence du corona, les policiers de roulage continuent leur pratique de serrer les mains des chauffeurs

Pourtant l'une des mesures de prévention contre la propagation du Coronavirus est celle  d'éviter la poignée de mains, certes les policiers de roulage à Kinshasa refusent de renoncer à leur pratique illicite qui consiste à serrer les mains de conducteurs de véhicules.

L’on ne peut sillonner les grandes artères de la ville province de Kinshasa, sans apercevoir l’agent de la police commis à la circulation routière, serrer la main d’un chauffeur des bus pour percevoir de l’argent. Le phénomène s'appelle en lingala " mbote ya likasu". Il ne s'agit pas en réalité d'une vraie salutation. Cette forme de serrer les mains constitue un moyen par lequel les agents de la police de circulation routière perçoivent mille soit cinq cent francs pour faire passer un bus.

 

Avec l'épidémie de coronavirus, se serrer la main est quasiment interdit, fort malheureusement la majorité des policiers de roulage continuent à serrer la main aux

inconnus. Notamment, les chauffeurs des différents engins (taxi- moto, taxi,

taxi-bus et bus).

 

 

Pour remédier à cette fâcheuse habitude, un chauffeur interpelle les autorités du pays de procéder à l'arrestation de tout policier de roulage qui continue à serrer les mains des chauffeurs.

 

"Nous demandons aux autorités de la police d'arrêter des policiers de roulage qui continuent avec la pratique de nous serrer la main. Car, nous sommes exposés au coronavirus.", a-t-il dit.

Beni Kinkela
Journaliste et correspondant en RDC