Le gouverneur de la province du Lualuaba est victime d'une campagne de diabolisation. Ces détracteurs font circuler des messages pour nuire…

Congo - Kinshasa

RDC/LUALABA : Richard Muyej n'est impliqué ni de près ni de loin dans la vente d'uranium

Le gouverneur de la province du Lualuaba est victime d'une campagne de diabolisation. Ces détracteurs font circuler des messages pour nuire et salir sa réputation en lui attribuant la responsabilité de vendre l'uranium. 

Ceux qui sont contre les grandes actions menées en faveur de la population du Lualuaba par le Gouverneur Richard Muyej, multiplient leurs moyens de défense nuisible. Ces personnes motivées d'une dose exagérée de haine viscérale viennent de remettre au goût du jour une histoire montée de toutes pièces. Ces détracteurs font circuler des messages qui accusent le gouverneur Richard Muyej d'être impliqué dans la vente de l'uranium.

Les bonnes politiques entreprises par le gouverneur Richard Muyej mettent en mal et dérangent certainement les détracteurs du  gouverneur du Lualaba. Ces personnes maladroites se trouvent dans une démarche diabolique. Leur but principal est de nuire à l'image et la réputation de celui que beaucoup de congolais qualifient de plus bon et dynamique des gouverneurs de la RDC. 

Les prétendues rumeurs sur une l'implication personnelle du gouverneur de la province du Lualuaba dans la vente de l'uranium constituent en réalité des faussetés. La vérité est que le gouverneur de la province du Lualuaba n'est impliqué ni de près ni de loin dans une vente d'uranium, car selon la géologie minière de la RDC, le  gisement d'uranium SHINKOLOBWE se trouve sous le sol de la province du Haut-Katanga. Pourtant, ledit ressort échappe au contrôle du gouverneur Richard Muyej.

En outre, le nouveau Code minier que le gouverneur Richard Muyej a toujours défendu, organise un régime juridique particulier sur des substances pour 
lesquelles la sécurité des populations nationale ou internationales exige qu’elles soient classées « substances réservées » par le Premier ministre après proposition du ministre des Mines selon les conditions qu’il déterminera. D’ores et déjà, l’uranium est placé sous le régime des substances réservées. Alors comment expliquer la personne qui défend le nouveau code minier et se permettre en même temps d'aller à l'encontre des clauses interdites ?  

Il s'avère donc impérieux de souligner que ces accusations portées contre Richard Muyej sont non fondées. Ceci est un vieux dossier d'intox cousu par des officines et vendeurs de rêves pour nuire dont le cabinet du gouverneur avait recadré.

Beni Kinkela
Journaliste et correspondant en RDC