La grève décrétée par les magistrats paralyse l’administration judiciaire en République Démocratique du Congo. Cette situation est à la base continuelle des détentions préventives qui se prolongent et dépassent le délai. Les dossiers judiciaires n’avancent plus suite à la non organisation des audiences.

Congo - Kinshasa

RDC : les contentieux judiciaires bloqués suite à la grève des magistrats

La grève décrétée par les magistrats paralyse l’administration judiciaire en République Démocratique du Congo. Cette situation est à la base continuelle des détentions préventives qui se prolongent et dépassent le délai. Des dossiers judiciaires n’avancent plus suite à la non organisation des audiences.

Ça fait d'ores et déjà deux semaines depuis que les magistrats congolais ont observé leur mouvement de grève sur toute l'étendue du territoire. Ces hommes de droit plaident pour l'amélioration de leurs salaires.

Les conséquences se font déjà sentir dans les différentes juridictions civiles et les maisons d’incarcération. Au parquet près le tribunal de grande instance de Goma, le procureur de la République Dauphin Mawazo Mungamali reconnait avoir enregistré des détentions préventives qui dépassent le délai et des dossiers judiciaires n’avancent plus faute des magistrats.

« Il y a des officiers de police judiciaire (OPJ) qui continuent d’envoyer des détenus ici qu’ils ont gardé à vue pendant plus de 48 heures. Quand Ils arrivent ici il n’y a pas de magistrats pour les auditionner », explique Dauphin Mawazo.

Il s’estime aussi déborder par l’ampleur du travail au sein de sa juridiction. « Moi-même je suis-là, si moi-même je passe au cachot, si je trouve qu’il y a une personne qui a déjà fait plus de deux ou trois jours ici sans qu’elle ne soit auditionnée je prendrai des dispositions peut être moi-même pour le faire parce que j’ai l’administration, des requêtes à signer ainsi de suite, et auditionner encore des personnes ce n’est pas facile, mais les conséquences sont là », renseigne-t-il.

Cette situation n'a pas laissé perplexe le gouvernement de la RDC, qui lors de la 21ème réunion du Conseil des Ministres tenue vendredi 14 février 2020 à Kinshasa sous la présidence de Félix Tshisekedi, a finalement été inclus dans l' ordre du jour. C'est Vice premier Ministre, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, qui a fait rapport au Conseil des Ministres sur la situation de mouvement de grève des Magistrats qui revendiquent l’application de leurs grilles barémiques des salaires transmis au Gouvernement en septembre 2019  et réclament la suppression de l’IPR du fait de son impact négatif sur leurs rémunérations.

Au cours des négociations entre les deux parties, l’équipe gouvernementale conduite par le Vice-premier Ministre, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, asoumis aux représentants des syndicats des Magistrats les propositions concrètes et conformes à la loi budgétaire 2020.

Les Magistrats ont sollicité un report pour se concerter avec leur base et revenir pour poursuivre les négociations.

Le Conseil apris acte du rapport du Vice-premierMinistre, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux sur l’état de la grève des Magistrats et a encouragé l’équipe gouvernementale aux négociations à rester disponible pour la suite, tout en ayant à l’esprit la réalité des moyens actuels de l’Etat dans les discussions.

Beni Kinkela
Journaliste et correspondant en RDC