Certains principaux acteurs du secteur de l’industrie minière en République Démocratique du Congo, semblent s’être opposés diamétralement  à la nouvelle campagne sur la vulgarisation du code minier.

Congo - Kinshasa

RDC : la campagne de vulgarisation du nouveau code minier frustre les professionnels du secteur

Certains principaux acteurs du secteur de l’industrie minière en République Démocratique du Congo, semblent s’être opposés diamétralement  à la nouvelle campagne sur la vulgarisation du code minier.

L'opinion se souviendra qu'en date du mercredi 6 novembre 2019, le Ministre des Mines, Willy Kitobo a lancé à Kinshasa, la campagne de vulgarisation du nouveau Code minier ainsi que ses mesures d’application. Le constat s'avérant amertume est que cette campagne risquerait de préjudicier la démarche entreprise par certaines entreprises minières qui veulent amener l'état congolais dans les palabres de négociation sur la révision de ce nouveau code minier. C'est notamment le cas de l'entreprise mine de Kibali appartenant à Mark Bristow.

En marge de sa quarantième conférence de presse, tenue le mercredi 23 octobre dernier à Kinshasa, la société mine Kibali par l'entremise de son patron Mark Bristow, a fait s'avoir l'objet de son plaidoyer envers les nouvelles autorités politiques du pays. Son lobbying auprès du régime de Félix Tshisekedi, consiste à négocier pour la révision du nouveau code minier promulgue  l'année passée par l'ancien régime sous houlette de Joseph Kabila.

« Nous prévoyons d’ouvrir le dialogue avec le nouveau Gouvernement pour une révision du code minier de 2018. Nous croyons qu’il est encore possible d’arriver à une application plus équitable pour l’industrie », a déclaré Mark Bristow le mercredi 23 octobre 2019. 

Il semble que  Mark Bristow criait dans le désert à la désagréable impression que personne ne l'a écouté, que son cri n'est pas entendu dans les oreilles des décideurs. Après quelques jours, le Ministre des Mines a eu à lancer la campagne de vulgarisation de ce code minier pourtant décrié par certaines entreprises minières dont fait partie Mine Kibali.

A en croire le Ministre des mines, cette campagne de vulgarisation va consister à mettre toutes voiles dehors des zones d’ombres qui avaient données naissance aux divergences de vues entre le Gouvernement congolais et les entreprises minières. Ces dernières s'opposent  à cause de l’augmentation de la fiscalité codifiée dans ce nouveau code.

Beni Kinkela
Journaliste et correspondant en RDC