L’instruction se poursuit sur des détournements présumés dans le cadre du programme des 100 jours. Vital Kamerhe est notamment d’avoir bénéficié de rétro-commissions dans le cadre de plusieurs projets, dont un marché de 10 millions de dollars de médicaments qui se sont avérés périmés. La société bénéficiaire s’appelle Trade Plus. Même si les documents la concernant se multiplient sur le bureau du procureur, elle reste mystérieuse à bien des égards.

Congo - Kinshasa

RDC : l'affaire Trade plus et le scandale des médicaments périmés

L’instruction se poursuit sur des détournements présumés dans le cadre du programme des 100 jours. Vital Kamerhe est notamment d’avoir bénéficié de rétro-commissions dans le cadre de plusieurs projets, dont un marché de 10 millions de dollars de médicaments qui se sont avérés périmés. La société bénéficiaire s’appelle Trade Plus. Même si les documents la concernant se multiplient sur le bureau du procureur, elle reste mystérieuse à bien des égards.

Selon des documents présentés par la défense de Vital Kamerhe, cette société a pour gérant un natif du Pakistan de nationalité tanzanienne et pour administrateur un ressortissant indien, tous deux officiellement domiciliés à Lubumbashi, dans le sud-est du pays. C’est ce qui figure sur une demande d’enregistrement au registre du commerce de cette ville.

La société y est bien inscrite, confirment les avocats de l’ONG Justicia Absl. Son objet : l’importation de produits manufacturés. Et c’est ce qui a provoqué la colère de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), section pharmaceutique. Elle dit s’être plainte dès le mois d’avril 2019 au ministère de la santé du choix d’une entreprise non habilitée. Plus grave encore pour la FEC, cette société achetait localement les médicaments sans utiliser les circuits homologués.

Une enquête au ministère

Ce n’est que bien plus tard, selon la FEC, que Trade Plus aurait contacté un de ses membres, Planet Pharma, et signé un contrat pour remplacer les produits périmés. Le ministère de la Santé avait dû déclencher une enquête et demandé à voir le fournisseur. Selon un membre de l’équipe de l’ancien ministre Oly Ilunga, longtemps en conflit avec la présidence et aujourd’hui en prison, c’est John Ntumba, ministre, ancien membre du comité de suivi du programme des 100 jours et proche de Vital Kamerhe, qui aurait assuré la mise en relation.

Un de ses anciens collègues affirme qu’au contraire c’est le ministère de Santé qui a conçu et piloté le projet. Toujours est-il que c’est bien un représentant congolais de la société qui s’est présenté, un certain Me Emmanuel Kupa Malenga qui s’affichait aux dernières élections comme un membre d’un des partis de la coalition pro-Kabila au Haut-Katanga.

Pour la défense de Vital Kamerhe, il est mensonger de parler d’un contrat de 10 millions de dollars, seuls 5 millions auraient été effectivement décaissés.

Beni Kinkela
Journaliste et correspondant en RDC