Antoine Ghonda, l'ancien …

Antoine Ghonda prêt pour remplacer Atou Matubuana

RDC : Antoine Ghonda, prochain gouverneur du Kongo central ?

Ancien ministre des Affaires étrangères, ancien ambassadeur itinérant de Joseph Kabila, Antoine Ghonda est aussi un homme dont les multiples actions prouvent qu'il est hautement capable de booster le développement du Kongo central et d'améliorer le niveau de vie de sa population. Rencontre.

Cartographie du Kongo central

54 ETATS : Pourquoi êtes-vous candidat au poste de gouverneur du Kongo central ?

Antoine Ghonda : Tout d'abord, permettez-moi de rendre un hommage mérité à mes compatriotes et frères Ne Kongo pour la sagesse et la maîtrise lors des évènements tristes, maheureux et immondes qui viennent de se dérouler à la tête de la province. C'est pour moi une preuve supplémentaire que le peuple Ne Kongo de Moanda à kasangulu tient plus que jamais à vivre-ensemble.

Pour revenir à votre question, en acceptant de soumettre ma candidature comme potentiel gouverneur de province, je ne fais que répondre favorablement à un appel des forces vives des habitants de ma province, "Vox populi, vox Dei", "La voix du peuple est la voix de Dieu" dixit la locution latine.

Vox populi, vox Dei

Dès le lendemain de la commission des faits qui font l'actualité et qui impactent négativement l'image de notre noble province, des voix se sont élevées de Moanda à Kasangulu pour me demander de me présenter.

Force est de constater que depuis quelques années, le Kongo central, notre entité provinciale souffre d'une absence criante de leadership. 

Depuis quelques années, le Kongo central souffre d'une absence criante de leadership

Le défi pour relever le Kongo central avec dynamisme et le concourt de tous les citoyens de la province s'avère immense. Il s'agit de remettre le Kongo central sur les voies du développement et l'émergence. Il est impératif de donner un coup de frein à la floraison des "anti-valeurs" qui semblent avoir pris racines dans la gouvernance de notre entité.

Remettre le Kongo central sur les voies du développement et l'émergence et de donner un coup de frein à la floraison des "anti-valeurs"

54 ETATS : Si vous êtes élu gouverneur du Kongo central, quelles seront vos priorités ?

Antoine Ghonda : Mes priorités seront d'abord celles édictées par le président de la république, Félix-Antoine Tshisekedi et le nouveau gouvernement présidé par le Premier ministre Ilunga Ilunkamba qui se sont engagés à mettre en oeuvre. Ne perdez pas de vue qu'un gouverneur de province est le représentant du chef de l'Etat !

Un gouverneur de province est le représentant du chef de l'Etat !

Au-delà du plan d'action national, il y a des spécificités liés à chaque province. C'est certainement là que je vais me singulariser en tenant compte de l'idéologie de mon parti politique : le parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD). 

Dans le cas du Kongo central, la première priorité est la remise à niveau des infrastructures de base : routières, ferroviaires, portuaires et aériennes. Les secteurs de l'enseignement et de la santé en pleine obsolescence, la lutte contre le chômage des jeunes, la lutte contre la délinquance et les "anti-valeurs" que le président Joseph Kabila avait décrié dans le temps et que le président Tshisekedi veut poursuivre.

La relance de l'agriculture rurale, l'electrification des milieux ruraux et leur desserte en eau potable sont d'autres axes prioritaires !

Je ne saurai vous décrire ici tout ce qu'il y a à faire ou à refaire tant ces dernières années, notre province à été enfoncé dans un trou à cause d'un leadership défaillant. 

Notre province à été enfoncé dans un trou à cause d'un leadership défaillant

54 ETATS : vous êtes connu comme un proche fidèle de l'ancien président Joseph Kabila ; comment allez-vous vous y prendre en tant que gouverneur vis-à-vis du nouveau chef de l'Etat.

Antoine Ghonda : Je crois sincèrement qu'il serait temps pour nous congolais, surtout pour nous les élites, de cesser d'ergoter sur ce mythe d'un serpent à double tête au sommet de l'Etat.

La République du Congo à aujourd'hui le rare privilège d'avoir réussi une passation de pouvoir civilisé à la tête du pays au terme des élections libres et démocratiques. Le président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo préside désormais aux destinées de la nation et en est désormais le garant.

Le fait que la majorité parlementaire ainsi que le gouvernement qui en est sorti appartiennent au FCC dont l'autorité morale est l'ancien présiden Joseph Kabila, ne peut que nous conforter dans la solidité de notre démocratie. 

Je crois sincèrement que ce débat de bas étage devrait céder le pas à la recherche des solutions aux nombreux problèmes qui assaillent notre pays, suivant les directives données par le chef de l'Etat et l'ancien président qui nous encourage, fort de sa majorité à soutenir ce processus démocratique pour un Congo stable et prêt à se développer.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction