RD Congo : accusations d'abus sexuels et de violences contre les troupes sud-africaines

RDC : accusations d'abus sexuels et de violences contre les troupes sud-africaines

Congo - Kinshasa

La mission des Nations unies en République démocratique du Congo (Monusco) de nouveau confrontée à des accusations d’abus sexuels. Cette fois, les allégations portent sur les troupes sud-africaines.

Stéphane Dujarric, porte-parole des Nations unies a déclaré ce lundi que l’institution avait reçu trois plaintes d’abus sexuels contre des femmes et une autre pour des violences sur un adolescent de 17 ans. Des méfaits sur lesquels l’armée sud-africaine s’est engagée à enquêter.

Les présumés abus sexuels imputés aux gardiens de la paix sud-africains auraient eu lieu à Sake, Beni et Goma dans la région instable de Kivu, à l’Est de la RD Congo “et impliqueraient des victimes adultes, dont une demande de paternité et de pension alimentaire”. Quant à la supposée attaque physique, elle aurait eu lieu dans le Kasaï, ravagé par un conflit. Selon le porte-parole de l’ONU, l’adolescent a été référé à l’UNICEFpour une assistance immédiate.

Depuis quelques années, les missions des Nations unies déployées en Afrique sont sous le coup d’accusations, notamment pour exploitation sexuelle ou mauvaise conduite le plus souvent en RDC ou en République centrafricaine.

En Centrafrique, un bataillon de plus de 600 soldats du Congo-Brazzaville a du reste été renvoyé en juin 2017 dans leur pays après des accusations d’agressions sexuelles et de divers trafics. En 2016, 120 Casques bleus congolais avaient déjà été renvoyés chez eux après des allégations d’agressions sexuelles.

Henry Mbuyi
Journaliste correspondant en RDC