Omar el-Béchir comparaissait samedi 24 août pour la seconde fois devant la justice. Celui qui a été déposé par l'armée en avril dernier fait face à des accusations de corruption. Son avocat a réclamé sa libération sous caution.

Des manifestants devant le tribunal

Procès d'Omar el-Béchir au Soudan : la défense demande sa libération sous caution

Omar el-Béchir comparaissait samedi 24 août pour la seconde  fois devant la justice. Celui qui a été déposé par l'armée en avril dernier fait face à des accusations de corruption. Son avocat a réclamé sa libération sous caution.

C’est vêtu d’une gandhoura blanche et enfermé dans une cage en métal qu’Omar el-Béchir a comparu pour la seconde fois. Il ne s’est pas exprimé de toute l’audience.

Le juge a entendu trois témoins, dont deux enquêteurs qui ont perquisitionné la résidence de l’ancien leader, où ont été retrouvées d'importantes sommes d’argent.

Omar el-Béchir comparait pour possession de devises étrangères, corruption et trafic d’influence. Selon un enquêteur, il a d’ailleurs reconnu avoir reçu près de 80 millions d’euros en espèces de l’Arabie saoudite.

Des manifestants devant le tribunal

À l’issue de l’audience, la défense a demandé sa libération sous caution. Le juge a indiqué qu’il l’examinerait et a fixé la prochaine audience au 31 août.

À l’extérieur du tribunal, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés, certains réclamant que Béchir soit également jugé pour d’autres crimes, dont son rôle dans le conflit au Darfour.

Mais était également présent un petit groupe venu soutenir celui qu’il considère toujours comme le président légitime du pays.

Rédaction
Journaliste