Présidentielle au Rwanda

Paul Kagame annonce déjà sa victoire

Présidentielle au Rwanda

La présidentielle du 8 août prochain ? Une simple formalité pour Paul Kagame, le président sortant du Rwanda. À l’occasion de son premier rassemblement dans le cadre de la campagne pour la présidentielle lancée ce vendredi, le président rwandais a revendiqué sa victoire prochaine à ces joutes.

Selon Paul Kagame, ces élections ont été pliées depuis 2015, lorsque 4 millions de Rwandais ont autorisé le Parlement à modifier la Constitution, lui permettant de se présenter pour un troisième mandat et de potentiellement diriger le pays jusqu’en 2034. Même si, a-t-il laissé entendre dans une interview avec l'hebdomadaire Jeune Afrique, son éventuel prochain mandat pourrait bien être le dernier.

En dépit des critiques l’accusant de brimer toute opposition, Paul Kagame reste convaincu que le choix du peuple, c’est lui.

"Vous pouvez choisir de ne pas entendre la vérité, mais vous ne pouvez pas nier ce que vos yeux vous montrent ici aujourd’hui", a-t-il déclaré à la foule présente pour l‘écouter. "Prétendre ne pas connaître la volonté exprimée par les personnes lors du référendum serait un mensonge, pas une démocratie", a-t-il ajouté.

Au pouvoir depuis la fin du génocide rwandais en 1994, Paul Kagame est salué par une certaine opinion pour avoir apporté la stabilité à ce petit État de 12 millions d’habitants d’Afrique de l’Est. Des voix discordantes accusent toutefois son administration de nombreux abus et de ne laisser aucune place à la concurrence.

Pour la présidentielle d’août, seules deux candidatures, en plus de celle de Paul Kagame ont été retenues. À en croire le président de la Commission électorale rwandaise (NEC), les candidats écartés n’ont pas réussi à récolter le nombre requis de 600 parrainages de citoyens.

chirelle Amozig
Journaliste