Le Maroc vient d‘être désigné pays le plus démocratique du monde arabe, selon le classement 2017 de l’Arab Democracy Index. Une position…

Pour la 9e fois consécutive, le Maroc classé pays le plus démocratique du monde arabe

Démocratie en Afrique

Le Maroc vient d‘être désigné pays le plus démocratique du monde arabe, selon le classement 2017 de l’Arab Democracy Index. Une position qui lui colle bien à la peau, car depuis 2008, le royaume occupe la tête de ce classement.

Il devance ainsi la Tunisie (690/1000) et la Jordanie (640/1000). Le Koweït est 4e (631/1000), suivi de l’Algérie (589/1000), la Palestine (538/1000), et du Liban (532/1000). L’Egypte occupe le 8e rang (503/1000), devant le Bahreïn (436/1000) tandis que l’Arabie Saoudite (419/1000) conserve la dernière place de ce classement.

À en croire les auteurs de ce ranking (Arab Reform Initiative), le royaume a enregistré des progrès "dans les pratiques démocratiques, en particulier dans les données relatives à la surveillance de la presse, l’entrave à l’activité des partis politiques, la sécurité personnelle et le taux d’abandon scolaire". Ce qui explique probablement l’amélioration de son score de 74 points.

Toutefois, ce classement intervient dans un contexte bien particulier pour le Maroc où de nombreux manifestants se font entendre depuis plusieurs semaines dans le nord du pays.

Depuis fin mai, plus d’une centaine de personnes ont été interpellées depuis fin mai à Al-Hoceïma, dans une vague d’arrestations visant le noyau dur d’un mouvement de contestation populaire réclamant le développement du Rif.

Ces principaux meneurs du “hirak” (la mouvance, nom donné au mouvement localement), dont son leader Nasser Zefzafi, ont été emprisonnés à Casablanca et sont accusés notamment "d’atteinte à la sécurité intérieure". Cinq des interpellés parmi lesquels Zefzafi, dénoncent leurs conditions de détention, pointant une "nourriture de mauvaise qualité, (l’)isolement, (la) durée des visites limitée à 10 minutes…", selon un avocat des détenus.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction