Ce mercredi matin marque le début par les forces de l’ordre françaises de l‘évacuation du plus gros campement de migrants à Paris, en France. Ce camp, situé dans le nord-est de la ville, abrite environ 1.700 personnes. Les détails.

Paris : l'évacuation du plus gros campement de migrants a débuté

France

Ce mercredi matin marque le début par les forces de l’ordre françaises de l‘évacuation du plus gros campement de migrants à Paris, en France. Ce camp, situé dans le nord-est de la ville, abrite environ 1.700 personnes. Les détails.

C’est vers 06 h 00 locales (04 h 00 GMT) que l’opération d‘évacuation a commencé. Le camp dit du ‘"Millénaire" se voit ainsi déguerpi dans la 35e opération du genre organisée à Paris, en seulement trois ans.

Aux dires de Gérard Collomb, le ministre français de l’Intérieur qui s’est exprimé dans un communiqué, cette opération d’envergure "conduira à l’hébergement temporaire des personnes concernées dans une vingtaine de sites de Paris et de la région parisienne puis à l’examen de la situation administrative de ces personnes".

Si un dispositif (...) n'existe pas sur l'ensemble du territoire, ce type de phénomène va recommencer.

Les principaux concernés, originaires pour la plupart du Soudan, de Somalie et d’Erythrée, se sont retrouvés dans ce camp, vivant dans une insalubrité et un précarité criardes. Entassés le long du canal de Saint-Denis, ces migrants se côtoyaient sous des tentes serrées.

Déguerpis dans la discipline

C’est en observant une étonnante discipline que les aventuriers sont sortis de leurs tentes, attendant leur déguerpissement, bagages en main. Les forces de l’ordre quant à elles, des CRS (Compagnie républicaine de sécurité), ont débarqué sur les lieux, d’autres arrivant par la voie fluviale.

Issam est libyen. Arrivé dans le camp du ‘"Millénaire" il y a sept mois, il déclare : ‘"on ne sait pas trop où on va. Ici, c‘était dur.’"

Des mesures d’accompagnement ont tout de même été adoptées pour les déguerpis, si l’on en croit la préfecture de police. 24 centres d’accueil, des gymnases pour la plupart, ont été retenus pour recevoir les migrants.

Pierre Henry, directeur général de l’ONG France terre d’asile, présent sur les lieux : "si un dispositif calibré de pré-accueil n’existe pas sur l’ensemble du territoire, ce type de phénomène va recommencer."

Mais les défis ne se terminent pas là pour les autorités françaises. Deux autres grands camps de migrants sont encore d’actualité à Paris. L’un est situé le long du canal Saint-Martin et abrite à peu près 800 aventuriers, la majorité étant des Afghans. L’autre se trouve à la porte de la Chapelle et compte entre 3 et 4.000 individus.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction