Otage française au Mali : "Tous les services de l'Etat mobilisés"

POLITIQUE

Otage française au Mali : "Tous les services de l'Etat mobilisés"

Le président français Emmanuel Macron s’est félicité dimanche à Bamako de la diffusion d’une « trace de vie » de la Française Sophie Pétronin, enlevée au Mali en décembre, assurant de la mobilisation totale de l’Etat « pour la retrouver et la ramener saine et sauve ».

A la veille du sommet du G5 Sahel (Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad, Mauritanie) à Bamako, auquel M. Macron a assisté dimanche, la principale alliance jihadiste du Sahel, liée à Al-Qaïda, a diffusé une vidéo montrant six étrangers enlevés au Mali et au Burkina Faso entre 2011 et 2017, dont Mme Pétronin.

« Le risque d’enlèvement a bouleversé notre communauté. Je pense à notre compatriote Sophie Pétronin, enlevée à Gao (nord du Mali) la veille de Noël et qui oeuvrait dans une ONG qui aidait les enfants », a déclaré M. Macron lors d’une rencontre avec des expatriés français au Mali.

« Tous les services de l‘État sont mobilisés pour la retrouver et la ramener saine et sauve, mais je ne céderai à aucune provocation, car nos assaillants n’attendent que cela pour pouvoir donner un prix à une vie et généraliser ce commerce qui aujourd’hui les fait vivre », a-t-il expliqué.

« Ces gens ne sont rien, ce sont des terroristes, des voyous et des assassins, et nous mettrons toute notre énergie à les éradiquer », avait-il réagi auparavant, interrogé sur la diffusion de la vidéo, lors d’une conférence de presse avec son homologue malien, Ibrahim Boubacar Keïta, au terme du sommet.

« C’est là pour la première fois depuis des mois une trace de vie pour Sophie Pétronin, et donc je m’en félicite », avait-il ajouté.

Le mari de Sophie Pétronin, humanitaire spécialisée dans l’assistance aux enfants mal nourris, Jean-Pierre Pétronin, a indiqué dimanche à la télévision française BFMTV espérer que la présidence Macron le tiendrait davantage informé du dossier que celle de son prédécesseur, François Hollande.

« Je ne pense pas que ce soit comme l’ancien gouvernement où pendant six mois il ne s’est pas passé grand-chose », a-t-il dit.

« J’espère qu’on aura des informations un peu plus concrètes avec ce gouvernement », a ajouté le mari de l’otage française.

AFP

Julia Buquet
Journaliste