Pour le président ougandais, les Africains gagneraient à effacer de leurs constitutions toute disposition limitant l‘âge d’accès à la magistrature suprême. Yoweri Museveni estime en effet, que l’Afrique a besoin d’hommes bons et expérimentés pour se développer.

Ouganda

Museveni appelle les Africains à supprimer la limite d'âge des candidats à la présidentielle

Pour le président ougandais, les Africains gagneraient à effacer de leurs constitutions toute disposition limitant l‘âge d’accès à la magistrature suprême. Yoweri Museveni estime en effet, que l’Afrique a besoin d’hommes bons et expérimentés pour se développer.

Yoweri Museveni a livré cette position à la rédaction swahili de RFI. Dans cet entretien, le chef de l‘État ougandais s’est montré foncièrement opposé à la limite d‘âge "imposée" par des constitutions africaines aux candidats à l‘élection présidentielle.

"À 75 ans, peut-on être incapable de travailler pour son pays ? Il y a un pays appelé la Tunisie, qui a élu un homme très âgé. Et ce dernier les aide maintenant", a déclaré Museveni, faisant allusion au président Beji Caid el Sebsi âgé de 92 ans.

"Ces limites constitutionnelles empêchent l’Afrique d’avoir des dirigeants bons et expérimentés. Les autres pays africains devraient donc faire sauter cette disposition anticonstitutionnelle", a-t-il ajouté.

Cette position est tout sauf anodine. Grâce à la suppression par l’Assemblée nationale en décembre 2017 de l’article 102 de la constitution qui stipulait qu’un candidat à l‘élection présidentielle doit être âgé d’au moins 35 ans et d’au plus 75 ans, Museveni (74 ans) au pouvoir depuis 1986, pourra briguer un 6è mandat à la présidentielle de 2021.

Comme en 2005, cet amendement introduit à nouveau la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels. Mais cette limitation n’entrera en vigueur qu’après la prochaine élection, permettant ainsi au locataire du State House de se présenter à nouveau à deux reprises. Quitte à régner jusqu’en 2037, voire Ad vitam æternam. 

Véronique Chabourine
Journaliste politique