Des scènes de guérilla de retour à Palma, au Mozambique, alors que le pays avait retrouvé la stabilité depuis la signature en 2019, de l…

Mozambique

Mozambique : Palma, à feu et à sang

Des scènes de guérilla de retour à Palma, au Mozambique, alors que le pays avait retrouvé la stabilité depuis la signature en 2019, de l'accord de paix entre le gouvernement et la Renamo.

Mais Maputo affronte un nouvel adversaire : les Shebabs. Ces extrémistes, liés au groupe État islamique, ont réussi à s'infiltrer à Cabo Delgado il y a trois ans et demi et ont gagné du terrain non sans tout en terroriser les populations. Les combats se sont intensifiés ces derniers jours et une équipe de la RTP, la télévision d'État portugaise, a accompagné des militaires mozambicains lors de leur incursion sur le terrain, et au milieu d'une fusillade.

La ville de Palma est vidée de sa population, les insurgés se cachent dans leurs maisons abandonnées alors qu'ils sont poursuivis par les forces gouvernementales. Quelques poches de résistance subsistent.

"Ce sont des petits groupes, souvent infiltrés parmi la population qui tirent d'usure sur nos forces. Mais, assurément, il n'y a pas un grand groupe terroriste dans le village de Palma, je peux vous l'assurer.", explique Chongo Vidigal, porte-parole des forces de défense et de sécurité du Mozambique.

Et la situation humanitaire continue de s'aggraver, même si plusieurs organisations non-gouvernementales sont déjà sur le terrain. Accusé de laxisme face aux djihadistes, le Frelimo, le parti au pouvoir, se défend.

"Le gouvernement n'a jamais négligé les attentats, le terrorisme est le terrorisme. Dans n'importe quelle partie du monde, le terrorisme est quelque chose [qui arrive] par surprise, c'est quelque chose qui arrive de manière non préparée.'', Caifadine Manasse, porte-parole du Frelimo, le parti au pouvoir.

Pour nous, le gouvernement répond pleinement aux défis auxquels il est confronté à Cabo Delgado, en renforçant les forces de défense et de sécurité et en faisant tout ce qui est en son pouvoir pour protéger la population. "Le terrorisme est le terrorisme. Le monde, le terrorisme est quelque chose qui arrive par surprise, quelque chose qui arrive sans préparation ".

Pemba, la capitale provinciale est une destination sûre pour ceux qui ont fui les violences. Des familles entières, ou une partie d'entre elles. Seulement, plusieurs autres personnes restent coincées à Palma, cachés dans des abris de fortunes. Il y a même ceux qui ont donné naissance dans les bois, sans aide.

 

Rédaction
Journaliste