54 ÉTATS a croisé la route de Maître Xavier-Jean KEÏTA, à La Haye, début février 2018. Impossible d’obtenir une interview de ce brillant avocat, qui a toujours quelque chose sur le feu, mais qui semble par moments avoir des dons d’ubiquité, tant il est actif. Nous nous en sommes remis à nos sources, parmi ses amis, collaborateurs et confrères, de Dakar et de Paris où il a jadis exercé son art. Portrait.

Maître Xavier-Jean KEÏTA, Conseil Principal, Bureau du Conseil Public pour la Défense à la CPI

Me Keïta - "Le courage d'oser et la force d'accomplir"

54 ÉTATS a croisé la route de Maître Xavier-Jean KEÏTA, à Paris, début février 2018. Impossible d’obtenir une interview de ce brillant avocat, qui a toujours quelque chose sur le feu, mais qui semble par moments avoir des dons d’ubiquité, tant il est actif. Nous nous en sommes remis à nos sources, parmi ses amis, collaborateurs et confrères, de Dakar et de Paris où il a jadis exercé son art. Portrait.

Depuis 12 ans, Me Keïta, Sénégalo-Malien originaire de l’Ile de Gorée et Prince du Mandé (Empire mandingue de Soundjata), dirige avec brio le Bureau de la Défense de la CPI, il fait partie des grands manageurs de l’institution, mais a beaucoup moins de visibilité que son homologue et contradicteur Fatou Bensouda, procureure.


Il a pourtant assisté entre autres Jean-Pierre Bemba, Laurent Gbagbo, Charles Blé-Goudé lors de leurs premières comparutions devant la CPI, et il a été pendant 18 mois l’avocat conseil de Seïf al-Islam Kadhafi.


Difficile de lui donner son âge, alors qu’il exerce depuis plus de 30 ans ; ce félin toujours élégant, sur la mise comme dans le verbe, prêt à bondir comme un jaguar, a dirigé en 1999/2000 le premier syndicat d’avocats de France (FNUJA) et a présidé la Commission Admission du Conseil national des Barreaux de France (CNB). Il a été co-fondateur du Centre international de formation des avocats en Afrique, (CIFAF), ayant siège au Bénin, où il a enseigné la déontologie, l’art oratoire et le droit pénal international.

Membre actif des Barreaux francophones (CIB), et membre d’honneur de la Fédération africaine des Unions de jeunes avocats (FA-UJA), cet expert international est aussi médiateur ; il a été également juge de première instance pendant 5 ans à la Commission des recours de l’OIF ; à l’aise dans la langue de Descartes, de Shakespeare, comme de Cervantès, il s’exprime en wolof, en bambara comme en malinké ; passionné d’arts premiers africains, de djembé où il excelle, cet ancien champion du Sénégal de karaté, converti en golfeur passionné, semble désormais un homme posé, au sens pointu de l’humour, mais toujours déterminé, ne lâchant rien quand il croit qu’une cause est juste. Profondément attaché à l’Afrique et à son devenir, ce collectionneur d’hippopotames cultive une sorte de force tranquille proche de son animal favori ; on verra peut-être un jour cet obsédé d’indépendance se lancer en politique, mais où ?

Mystère, mais certitude, comme sa devise : "le courage d’oser et la force d’accomplir".

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction