Des échos font état de "relations tendues" entre Lotfi Brahem et Youssef Chahed. Ce dernier a cependant nié ces informations. Comme des échos évoquent le fait que le premier n’est pas apprécié par le mouvement Ennahdah, qui a conclu, après les élections de 2014, avec Nidaa Tounes une alliance pour diriger le pays.

Limogeage du ministre de l’intérieur tunisien

Après le naufrage des clandestins aux larges des îles Kerkennah

Des échos font état de "relations tendues" entre Lotfi Brahem et Youssef Chahed. Ce dernier a cependant nié ces informations. Comme des échos évoquent le fait que le premier n’est pas apprécié par le mouvement Ennahdah, qui a conclu, après les élections de 2014, avec Nidaa Tounes une alliance pour diriger le pays.

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, a décidé, le 6 juin 2018, de démettre de ses fonctions le ministre de l’intérieur, Lotfi Brahem (photo), sans fournir d’explication à ce limogeage. Youssef Chahed a également décidé de nommer le ministre de la justice, Ghazi Jeribi, ministre de l’intérieur par intérim en attendant de trouver un successeur à Lotfi Brahem.

Ces décisions semblent être en rapport direct avec le naufrage d’une embarcation transportant des clandestins, dans la nuit du  2 au 3 juin 2018, aux larges des îles de Kerkennah (318 kilomètres au sud de Tunis)  en partance pour l’île italienne de Lampedusa.

Le ministre de l’intérieur limogé avait lui-même limogé des responsables sécuritaires dont le  chef du district de la sûreté nationale de Kerkennah et le chef de la direction régionale spécialisée à Sfax.

Une "complicité sécuritaire" ?

Le communiqué, qui a  rendu public le 6 juin, ces limogeages a  souligné que "les enquêtes judiciaires et administratives se poursuivent encore pour prendre les mesures nécessaires dans cette affaire".

Des informations ont fait état, à ce juste propos,  de l’ouverture d’une instruction par le procureur de la République près du Tribunal de première instance de Sfax, ce mercredi 6 juin, sur les rumeurs évoquant une "complicité sécuritaire" dans l’opération de migration clandestine.

Se rendant, le 5 juin 2018, aux îles  Kerkennah, le chef du gouvernement tunisien avait notamment évoqué la "détermination de remédier aux défaillances constatées au niveau de la sécurité dans les îles".

Des échos font état, cela dit, de "relations tendues" entre Lotfi Brahem et Youssef Chahed. Ce dernier a cependant nié ces informations. Comme des échos évoquent le fait que le premier n’est pas apprécié par le mouvement Ennahdah, qui a conclu, après les élections de 2014, avec Nidaa Tounes une alliance pour diriger le pays.

Notre confrère Espace Manager, un journal électronique, se demande, du reste, dans un article sur le limogeage du ministre de l’intérieur, si par sa décision "Youssef Chahed a-t-il voulu ainsi offrir à Ennahdha la tête de Lotfi Brahem ?"

Le dernier bilan du naufrage des îles Kerkennah fait état de 63 morts.

 

 

  

Mohamed Gontara
Journaliste - Correspondant en Tunisie