Lors de sa rencontre avec le Medef à Paris mardi 28 mai, au lendemain des élections législatives à Madagascar, le chef de l’État Andry Rajoelina a indiqué avoir remporté le scrutin avec plus de 80 sièges, soit la majorité absolue. Le lendemain mercredi 29 mai, en marge d’une conférence de presse conjointe avec Emmanuel Macron, Andry Rajoelina a réitéré sa victoire, mais plus nuancé, il a indiqué s’appuyer sur les premières tendances de la Céni. Des déclarations qui font polémique sur la Grande île, alors que les résultats de la Céni au moment de l’annonce du président concernaient seulement 30% des bureaux de vote du pays.

Madagascar

Législatives à Madagascar : l'annonce des résultats par Rajoelina fait polémique

Lors de sa rencontre avec le Medef à Paris mardi 28 mai, au lendemain des élections législatives à Madagascar, le chef de l’État Andry Rajoelina a indiqué avoir remporté le scrutin avec plus de 80 sièges, soit la majorité absolue. Le lendemain mercredi 29 mai, en marge d’une conférence de presse conjointe avec Emmanuel Macron, Andry Rajoelina a réitéré sa victoire, mais plus nuancé, il a indiqué s’appuyer sur les premières tendances de la Céni. Des déclarations qui font polémique sur la Grande île, alors que les résultats de la Céni au moment de l’annonce du président concernaient seulement 30% des bureaux de vote du pays.

Le président de la Céni, Hery Rakotomanana, l’assure, l’institution n’a transmis ni tendances, ni résultats chiffrés au chef de l’État. Mardi 28 mai, le vice-président de la Céni a d'ailleurs donné une conférence de presse 

La procédure

Il y a rappelé les règles de l’élection : personne ne peut diffuser de résultats partiels ou complets hormis la commission électorale. La loi organique est très claire sur ce point.

Olga Ramalason, la secrétaire générale du TIM, le parti de Marc Ravalomanana, indique que le parti va déposer une plainte auprès de la Haute Cour Constitutionnelle. Une plainte motivée par les irrégularités du scrutin mais aussi, selon ses termes, les manquements du chef de l’État à la loi.

Rivo Rakotovao est le président du Sénat et l’un des membres fondateurs du HVM, le parti de l’ex-chef de l’État Hery Rajaonarimampianina. Il s’interroge sur les chiffres annoncés par le président de la République. « Ce n’est pas digne de la fonction présidentielle », juge-t-il.

Résultats connus le 15 juin

Fara Ramaroson, membre de ROHY, une organisation de la société civile, s’indigne. « Il s’exprime non pas comme un chef d’État mais comme le chef d’un groupement de parti », déplore-t-elle.

La Céni a indiqué dans son calendrier que les résultats provisoires définitifs seraient connus le 15 juin. La proclamation des résultats officiels par la HCC est attendue début juillet.

 

 

Véronique Chabourine
Journaliste politique