Article sur la situation économique au Congo.

Congo - Brazzaville

Le FMI s'inquiète du dégré corruption et d'une dette "insoutenable

Le Fonds monétaire international (FMI) a livré ses conclusions à l’issue d’une mission de deux semaines en République du Congo : la dette et la corruption atteignent des niveaux inquiétants, paralysant sérieusement l‘économie du pays.

Le diagnostic du FMI était très attendu en terre congolaise, où population et autorités doivent faire face à une grave crise économique due à la chute drastique des cours du pétrole. À l’issue de sa mission du 5 au 20 décembre dans le pays, l’institution de Bretton Woods s’est alarmée du poids d’une "dette insoutenable" et de la faiblesse de la lutte anti-corruption.

"L‘économie du Congo continue de subir les contrecoups de la baisse des prix du pétrole, d’une dette insoutenable et des faiblesses dans la gouvernance. Une récession plus profonde de l‘économie non-pétrolière en 2017 – avec une baisse de 9,2 % – nuit aux segments les plus vulnérables de la population", indique le communiqué final de la mission mercredi soir.

En pareille crise, une gouvernance efficiente des secteurs public et privé aurait pu favoriser l’entrée de devises, or, il se fait que "la faiblesse des organismes de lutte contre la corruption et des statistiques limite la mise en œuvre des lois et règlements, et augmentent les vulnérabilités économiques", ajoute le communiqué.

La faiblesse des organismes de lutte contre la corruption et des statistiques limite la mise en œuvre des lois et règlements, et augmentent les vulnérabilités économiques

Des efforts sur les politiques macroéconomiques

Autre source d’inquiétude, la mise en danger du secteur privé. Le FMI se désole, en effet, de l’accumulation d’arriérés de l‘État qui met en péril l’activité du secteur privé, contribuant aux pénuries de liquidités bancaires et compromettant la provision des services sociaux.

Pour ce faire, l’institution basée à Washington recommande aux autorités congolaises des "mesures fortes et immédiates" afin de redresser l‘économie, en lambeaux.

Toutefois, tous les voyants économiques ne sont pas au rouge en République du Congo. La mission a du reste remarqué "des progrès dans la formulation de politiques macroéconomiques et structurelles à moyen terme qui pourraient être soutenues par le FMI."

Aussi, "la mission [accueille-t-elle] favorablement le projet de budget pour l’exercice 2018, qui contribuera à rétablir la viabilité budgétaire et la stabilité extérieure régionale, tout en augmentant le soutien aux groupes vulnérables, dont les femmes", ajoute le texte.

La crise économique au Congo, qui touche presque tous les secteurs, a donné lieu à des agitations dans le tissu social tout au long de l’année 2017. En témoigne les grèves à répétition dans le plus grand hôpital du pays, le CHU de Brazzaville, ou encore dans les universités publiques.

Illustration de la gravité de cette crise, les révélations de RFI qui firent cas d’une dette de près de 110 % du produit intérieur brut que le pays a caché au FMI.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction