Le chef du gouvernement pointe du doigt le Front Populaire et des réseaux mafieux et de corruption

Qui se trouve derrière les manifestations violentes en Tunisie ?

Le porte-parole du ministère de l’intérieur, Khalifa Chibani, a annoncé, ce jeudi11 janvier 2018, l’arrestation de 328  personnes impliquées dans des actes de vol, de vandalisme et de violence. Affirmant, en outre, que les tensions commencent à se tasser.

Le chef du gouvernement tunisien, Youssef Chahed (notre photo), a accusé le Front Populaire, un collectif d’une douzaine de partis d’obédience de gauche et nationalistes arabes (15 partis sur les 217 de l’Assemblée des Représentants du Peuple), d’être derrière les violentes contestations, menées pour l’essentiel la nuit, qui ont marqué les premiers jours de l’année 2018.

Il a, par ailleurs, pointé du doigt, le 10 janvier 2018, dans une déclaration à El Battan, à Tebourba, région où est décédé, le 8 janvier 2018, un homme d’une quarantaine d’années dans les confrontations entre des manifestants et les forces de l’ordre, asphyxié par des gaz lacrymogènes des "réseaux mafieux et des lobbys de corruption".

Des propos qui corroborent les propos tenus souvent au sujet des actions violentes à répétition qui se déroulent en Tunisie depuis la révolution et qui menacent l’ordre public. Avec souvent des saccages, vols et autres braquages.

Arrestation d’une personne suspecté de distribuer de l’argent aux casseurs

Les accusations touchent quelquefois, dans cet ordre d’idées, des djihadistes et des pays de la région qui veulent faire capoter l’expérience démocratique de la Tunisie, seul pays du printemps arabe à avoir réussi à construire un système démocratique.

Une personne a été arrêtée, le 9 janvier 2018, à Kasserine, ville située à 304 kilomètres de Tunis, suspecté de distribuer de l’argent à de jeunes casseurs. Il était en possession de 2000 dinars (environ 668 euros).La police a arrêté également une douzaine de personnes qui incitait des habitants de la même ville à faire du grabuge.

Le porte-parole du ministère de l’intérieur, Khalifa Chibani, a annoncé, ce jeudi11 janvier 2018, l’arrestation de 328  personnes impliquées dans des actes de vol, de vandalisme et de violence. Affirmant, en outre, que les tensions commencent à se tasser.

 

 

Mohamed Gontara
Journaliste - Correspondant en Tunisie