La seule machine de radiothérapie en Ouganda a enfin été remplacée vendredi, près de deux ans après être tombée en panne, ce qui avait privé les malades du cancer d’un outil crucial pour leur traitement.

L'UNIQUE MACHINE DE RADIOTHÉRAPIE DU PAYS, ENFIN REMPLACÉE

Ouganda

La seule machine de radiothérapie en Ouganda a enfin été remplacée vendredi, près de deux ans après être tombée en panne, ce qui avait privé les malades du cancer d’un outil crucial pour leur traitement.

Cette machine était tombée en panne en mars 2016. Un tollé général s’en était suivi, car cela avait été perçu comme une nouvelle preuve de la détérioration du système de santé ougandais.

Don du gouvernement chinois à l’Ouganda en 1995, elle avait permis de soigner et d’atténuer les douleurs de quelque 30.000 patients par an, venus de toute l’Afrique de l’Est, à l’Institut du cancer dans l’hôpital de Mulago, le principal de la capitale Kampala.

Le Premier ministre ougandais, Ruhakana Rugunda, a indiqué vendredi que la nouvelle machine Cobalt-60, d’un coût de 815.000 dollars (664.000 euro), participait de “l’objectif (pour l’Ouganda) de devenir le centre d’excellence en Afrique de l’Est en matière d’oncologie”.

Yukiya Amano, directeur général de l’Agence internationale de l‘énergie atomique (AIEA), qui a financé 50% du coût de la nouvelle machine en partenariat avec le gouvernement ougandais, a estimé que son entrée en service était “une raison majeure de se féliciter”.

“Dans 28 pays d’Afrique, il n’y a pas de machine pour le cancer. (Les patients) ne peuvent pas faire l’objet d’un diagnostic et ils ne peuvent pas être traités”, a-t-il remarqué.

Le docteur Jackson Orem a indiqué à l’AFP que 5.000 patients sont adressés chaque année à l’Institut – qu’il dirige – et qu’ils arrivent souvent avec un cancer à l‘état avancé. La nouvelle machine peut traiter jusqu‘à 120 cas par jour.

Ces deux dernières années, les patients ougandais étaient redirigés vers le Kenya voisin pour aller se faire soigner, un trajet au prix inabordable pour nombre d’entre eux.

Cette affaire avait relancé des critiques récurrentes au sein de la société ougandaise sur le sous-financement et la mauvaise gestion du système de santé de ce pays dirigé depuis 1986 par le président Yoweri Museveni.

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction