Qui a voulu tuer Teodoro Obiang Nguema Mbasogo ? Oui, il occupe la fonction de président de la république depuis 1979 et certains…

L'ONU veut tout comprendre sur le "coup d'Etat" déjoué à Mongomo

Guinée équatoriale

Qui a voulu tuer Teodoro Obiang Nguema Mbasogo ? Oui, il occupe la fonction de président de la république depuis 1979 et certains réclament sans doute le changement mais à quel prix ? L'ONU entend envoyer un émissaire spécial à Malabo pour mieux comprendre les tenants et les aboutissants de cette récente tentative de putsch

Selon des sources proches, François Louncény Fall devrait arriver au pays la semaine prochaine. Un déplacement qui vaut son pesant d’or, car l’ONU par le truchement d’un porte-parole a récemment déclaré ne disposer que de peu d’informations sur cette affaire de putsch manqué. 

Mercredi, les autorités équato-guinéennes ont annoncé avoir tué un "mercenaires" après des affrontements avec les "assaillants" aux frontières gabonaises et camerounaises. Selon les autorités de la Guinée équatoriale, ces mercenaires qui seraient venus du Tchad, de la RCA et du Soudan (sans préciser de quel Soudan il s’agissait) seraient dirigés par un ancien général de l’armée tchadienne. 

Comme une suite logique des événements d’il y a une semaine. Le 28 décembre, alors que tous les présidents ou presque préparaient soigneusement leurs messages de vœux de Nouvel An à leurs peuples, Malabo a sonné le tocsin. Les forces de défense équato-guinéennes affirmaient avoir déjoué un coup d’Etat que préparerait un commando au service de l’opposition radicale équato-guinéenne. Information confirmée par l’Etat voisin du Cameroun qui indiquait avoir arrêté une quarantaine d‘éléments en partance pour la Guinée équatoriale afin de réaliser le putsch dont Mahamat Kodo Bani, un ex-général tchadien.

Et très vite, Malabo parlera d’une menace dans la sous-région. "Cette tentative de coup d’Etat est une menace sérieuse", a souligné Mahamat Zen Cherif, ministre tchadien des Affaires étrangères lors d’une visite hier jeudi à Malabo. Une menace sérieuse susceptible d’affecter les relations de bon voisinage entre Etats d’Afrique centrale. D’autant plus que près de 60 commerçants ont été interpellés hier avant qu’une trentaine soit relaxée après la visite de Mahamat Zen Cherif.

Les informations recueillies par son envoyé spécial en Guinée équatoriale, François Louncény Fall aideront peut-être l’ONU à mieux comprendre. 

Priscilla Wolmer
Directrice de la rédaction