Artiste Musique à découvrir. Le voix de 54 ETATS.

Royaume-Uni

Jodie Abacus, For a réal life and not pretend

C’est dans une profonde tristesse que pour Jodie Abacus tout a commencé. Pour le claviériste du Sud de Londres, 2013 aura été une annus horribilis. Toutes ses économies sont passées dans le lancement de sa carrière musicale qui refusait obstinément de décoller, une pneumonie l’a presque tué, et, cerise sur le gâteau, il se sépare de sa compagne après cinq ans passés ensemble.

"Ça a été la pire année, ça m’a retourné la tête", dit-il. "C’est l’année où j’ai travaillé le plus dur, où j’ai dépensé tout mon argent dans la réalisation de clips qui n’ont jamais été terminés". Il cumule aussi deux emplois, aide auprès d’un garçon autiste le jour et chanteur dans un groupe de reprises Motown le soir. "Et au milieu de tout ça, j’ai attrapé une pneumonie".

Il fait plusieurs séjours à l’hôpital de Croydon où on lui fait d’abord un diagnostique erroné d’infection pulmonaire. La dernière fois qu’il est hospitalisé, il frôle la mort. "Ils ont dit que si je n’avais pas été à l’hôpital quand je l’ai fait ça aurait été la fin".  Puis il se retrouve célibataire. "Vers la fin de cette année, j’aurais préféré avoir une pneumonie que le cœur en mille morceaux. Je me suis effondré, assis dans une chambre vide, avec juste un lit et un clavier. J’ai commencé à jouer… ".

Après des années à trainer dans les soirées open-mic et les concours de talents de Londres, partageant l’affiche avec des artistes comme Ed Sheeran et Jessie J en les regardant s’éloigner au loin dans les charts, le public du Sud de Londres a enfin commencé à le considérer comme un jeune artiste prometteur. Zane Lowe l’a joué. Household l’a signé. Et on est heureux de constater que le jeune homme a encore un tas de perles funk électroniques et ensoleillées dans son sac.

Il sort fin Février son 1er Ep  « For Real Life And Not Pretend »

FOR REAL LIFE AND NOT PRETEND

Prêtez une oreille au groove souple de ‘Halfway to Mexico’, produit par un autre spécialiste de la funk chaleureuse, Royce Wood Junior. Ou à ‘Hot Kitchen’, avec sa contrebasse et ses claquements de mains, comme une pub pour Coca Cola. La soul du piano sur ‘Good Feeling’ ne pourrait pas mieux évoquer le bien-être s’il était servit avec un cornet de glace gratuit. Enfin ‘I’ll Be That Friend’, sera le morceau rayonnant de l’été prochain. Cette chanson est un bonheur inattendu, rétro mais moderne, avec l’âme de Stevie Wonder, des cordes à la ELO et un irrésistible message d’espoir. C’est un dimanche matin ensoleillé dans votre casque.

Son rêve est en train de se réaliser. Sa longue période de gestation le place dans la position rare d’être un jeune artiste avec un catalogue conséquent de belles chansons à son actif. Récemment, il a travaillé avec une ribambelle de collaborateurs et de producteurs de renom, Ed Banger en tête.

Because

Rédaction
Journaliste